Derrida
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook Le cinéma en déconstruction, suivre sur Facebook

 

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

 DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Pardon, oui, pardon, je demande pardon                     Pardon, oui, pardon, je demande pardon
Sources (*) : Orlolivre : comment ne pas acquiescer?               Orlolivre : comment ne pas acquiescer?
Jacques Derrida - "Séminaire 1997-98 "Le parjure et le pardon" Volume 1", Ed : Seuil, 1997, p31 Derrida, le pardon

["Pardon, oui, pardon" - il faut un acte de langage, un performatif, pour s'engager dans l'étude du pardon; pardonnez-moi si je m'y risque]

Derrida, le pardon
   
   
   
                 
                       

Pour l'acquťrir, cliquez

sur le livre

 

Il n'y a pas de rapport purement constatif au pardon; on ne peut pas l'étudier en se mettant à distance de ses enjeux. Jacques Derrida commence le séminaire sur Le parjure et le pardon par l'analyse de deux textes de Jankélévitch, pour qui le pardon était un problème personnel, intime. Il s'agit de la Shoah, et même s'il ne l'avoue pas directement le premier jour, il est lui aussi affecté personnellement par ce thème, d'ailleurs il se rendra sur le site d'Auschwitz moins d'un mois plus tard, vers le 9 décembre 1997, et à Yad Vashem au début du mois de janvier 1998. Il est impliqué dans cette thématique, et cette thématique l'implique. En commençant le séminaire par cette apostrophe, Pardon, oui, pardon, il fait savoir que c'est lui qui parle, en tant que je, avec un oui, adverbe d'acceptation encadré par un double pardon nominatif, lui aussi performatif. De quoi et pour quoi demande-t-il pardon? On ne peut pas discourir du pardon, dit-il, sans demander pardon - pardon pour la demande d'écoute qu'il adresse à ses auditeurs, pour le temps qu'il leur dérobe. La faute, le parjure, ce serait de parler du pardon sans s'impliquer comme je.

Dans son séminaire de l'EHESS, dans un horizon de savoir, il analyse le pardon, il le traite comme thème ou problème théorique sur un mode constatif. S'il ne faisait que cela, ce serait inacceptable à ses yeux car contraire au mode d'engagement qu'il préconise. Alors il demande pardon à l'assistance à laquelle il s'adresse, un pardon collectif : Je vous demande pardon (p32) - ce qui induit une série de questions car comment un pardon peut-il être collectif ? Il fait en sorte que les questions théoriques (constatives) soient indissociable du rapport à l'autre (performatif).

--------------

Propositions

--------------

-

Avec la conférence "Pardonner. L'impardonnable et l'imprescriptible", réitérée 6 fois dans les 2 mois qui ont suivi le séminaire de novembre 1997, un parjure est mis en abyme

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
   
 
 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Guilgal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Derrida
PardonPerf

AA.BBB

PrincipesOeuvrer

EH.KJD

DerridaPardon

GB.LDF

DA_PardonPerf

Rang = OpardonPerform
Genre = -