Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook Le cinéma en déconstruction, suivre sur Facebook

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

 
   
Gershom Scholem                     Gershom Scholem
Sources (*) :                
Gershom Scholem - "Le Nom et les symboles de Dieu dans la mystique juive", Ed : Cerf, 1983, Page créée le 16 juin 2017

Le Nom et les symboles de Dieu dans la mystique juive (Gershom Scholem, 1983) [LNLSD]

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Table

p7 : Introduction

p17 : La lutte entre le Dieu de Plotin et le Dieu de la Bible dans la Kabbale ancienne

p55 : Le Nom de Dieu ou la théorie du langage dans la Kabbale. Mystique du langage.

p101 : La signification de la loi dans la mystique juive

p151 : La symbolique des couleurs dans la tradition et la mystique juives

p191 : L'étude de la Kabbale depuis Reuchlin jusqu'à nos jours

 

 

  ----------------------------

Formulations à partir de ce texte (les têtes de chapitre sont entre crochets) :

 

[Il existe dans le langage une dimension interne, secrète, originelle, qui est le fondement commun de toutes les mystiques : le nom de Dieu]

Le Aleph a tout précédé : il a précédé la Torah et aussi le yod, point originel du langage

En déployant dans l'Ensof, par plaisir de soi-même, la signature occulte de Dieu, les 22 lettres ont tissé l'habit primordial dont procèdent l'écriture, le langage et la parole

La création est un acte d'écrire divin, au cours duquel Dieu incorpore son langage aux choses et l'y dépose en elles, sous forme de signatures

La pensée pure (mahashavah en hébreu) est indéterminée; au commencement (aleph), elle se pense elle-même sans fin (dans l'infini, Ensof)

L'un des aspects de la sanctification du Nom de Dieu dans la tradition juive, c'est que pendant les rites, le prêtre reste toujours silencieux, absolument muet

La Torah est un habit, un tissu de noms formé à partir du tétragramme et d'autres épithètes de Dieu dérivés de lui

On utilise le même terme, Shem Hameforash, pour désigner le nom révélé de Dieu et son nom secret, occulte

Pour certains cabalistes, Dieu n'a pas de nom; pour d'autres, son nom n'est jamais mentionné dans la Torah, le tétragramme n'est qu'un expédient, un simulacre

Le Nom et les symboles de Dieu dans la mystique juive (Gershom Scholem, 1983) [LNLSD]

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
     
 
 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Guilgal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Sources
ScholemParcours

B1.983

YYA.1983.Scholem.Gershom

Rang = ZYScholemLNLSD
Genre = -