Derrida
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook Le cinéma en déconstruction, suivre sur Facebook

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Derrida, auto - immunité                     Derrida, auto - immunité
Sources (*) : "Mourir vivant", un fantasme et plus               "Mourir vivant", un fantasme et plus
Jacques Derrida - "Séminaire "La bête et le souverain" Volume II (2002-2003)", Ed : Galilée, 2010, pp210, 217

 

-

Derrida, la mort

Le vivant/mourant est travaillé par le fantasme "mourir vivant" : "mourir effectivement, comme si je devais survivre à ma mort" (double bind auto-immunitaire)

Derrida, la mort
   
   
   
               
                       

Pour l'acquťrir, cliquez

sur le livre

 

Quand on imagine sa mort, on s'imagine toujours vivant se regardant mort, comme si cette mort était automatiquement accompagnée d'une survie. Mais ce n'est qu'un fantasme. L'habeas corpus, qui garantit par la loi au sujet politique la propriété de son propre corps, ne peut valoir que pour les vivants. Il ne peut pas y avoir, dit Derrida, d'habeas corpse - car aucun principe juridique ne peut garantir à celui qui vient de mourir la propriété de son cadavre. Quand la question du rituel funéraire se pose, ce sont les autres qui décident. Les dernières volontés ou le testament du mort ne s'imposent que si les survivants le veulent bien, ou si un tiers oblige les héritiers à le respecter. Agi par le fantasme du mort vivant, le mourant a laissé ses instructions, il a exigé qu'on fasse comme si sa parole s'imposait, comme s'il était toujours vivant, comme s'il pouvait encore arriver quelque chose aux survivants de la part du mort, c'est le premier commandement du double bind. Mais la loi est stricte, et ne laisse qu'un nombre limité de possibilités qui garantissent que le mort ne reviendra pas. Une autorité invincible exige que tout ce qui vient du mort soit interrompu radicalement, irréversiblement. C'est le second commandement du double bind, insupportable et terrifiant pour le mort de son vivant.

Fin de partie (Marcel Hanoun, 2012). Court film de deux minutes daté de 2012, titré au début FIN DE PARTIE et nommé à la fin reportage. C'est un autoreportage, un reportage de lui-même sur lui-même à deux voix, la sienne et celle de Lucienne Deschamps. Ils lisent un texte que Marcel Hanoun a signé, souverainement. Dans ce film où l'image est majoritairement noire, ce n'est pas lui qui parle (il est mort le 22 septembre 2012 et n'a plus la parole), c'est le fantasme du mourir vivant qui se réitère, à nos yeux, à nos oreilles, qui se parle à lui-même.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Guilgal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Derrida
DerridaAutoImmun

HH.LKJ

MourirVivant

FF.KDD

DerridaMort

RD.LEF

UFantasmeMourirVivantAutoI

Rang = UMourantSurvieFantasme
Genre = MH - NP