Derrida
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook Le cinéma en déconstruction, suivre sur Facebook

 

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

                     
                     
Cinéloft : Sur les regards - caméra                     Cinéloft : Sur les regards - caméra
Sources (*) : Le cinéloft du Quai               Le cinéloft du Quai
Pierre Delain - "Le cinéma sans condition", Ed : Guilgal, 2018, Page créée le 11 juillet 2019

 

-

Au - delà du cycle de vie, une vie indéconstructible

[(Cinéloft) : En appelant, par un regard-caméra, au témoignage à venir d'un vivant]

Au - delà du cycle de vie, une vie indéconstructible
   
   
   
Pas d'autre assurance que le témoignage d'un autre Pas d'autre assurance que le témoignage d'un autre
                 
                       

Pour l'acquťrir, cliquez

sur le livre

logo

 

Il y a toutes sortes de regards-caméra : humoristique, ironique, sarcastique, interrogatif ou désespéré, il peut produire de la fascination, de l'admiration ou de la crainte. Ce peut être un "vrai" regard-caméra (si le regard est très précisément centré sur la lentille frontale de l'objectif) ou un faux (un vague coup d'œil en direction de la caméra, sans adresse au spectateur) - mais la frontière entre les deux n'est pas toujours très claire. Le réalisateur peut jouer sur cette frontière, comme Bergman dans Rêves de femmes (1955). Il peut aussi se distancer lui-même de ce regard en ne le prenant pas au sérieux. Tout est possible et finalement, quelle que soit l'intention du réalisateur, le résultat est une question d'interprétation. Chaque spectateur peut décider d'acquiescer à cette interpellation ou pas, il est seul juge du sens à lui donner (ou pas). Qu'il accepte ou non cette interpellation, il y a toujours un reste, un certain degré d'indétermination. Faut-il interpréter ce regard dans le film ou en-dehors du film ? Faut-il croire au jeu de l'acteur qui s'adresse à nous, quand cet acteur joue un rôle, celui d'un personnage qui peut-être ne prend pas à son compte ce regard-caméra ? Il pourrait y avoir derrière ce regard un autre regard, invisible et peut-être très différent, qu'il est chargé de mimer, de représenter, sans garantie de succès.

Peut-on parler d'un regard-caméra en général? Le célèbre regard de Monika a-t-il quelque chose en commun avec, par exemple (et les exemples sont innombrables) ceux de Chris et Khari dans Solaris (Andrei Tarkovski, 1972), de Jean-Pierre Léaud dans les 400 coups, de Jaroslava Schallerová dans Valérie et la semaine des miracles (Jaromil Jires, 1970), ou celui de Woody Allen dans Annie Hall (1970) ? Cela dépend, sans doute, de nous. Quand un appel à témoin est lancé, on a toujours le choix de témoigner ou de ne pas témoigner, c'est-à-dire de répondre ou de ne pas répondre à la demande qui nous est faite. Certains de ces regards en appellent à une position sociale déterminée, tandis que d'autres visent un spectateur d'un autre monde, voire d'aucun monde. Monika nous regarde depuis le lieu qu'elle a choisi, au-delà de tout positionnement social, narratif ou éthique. Rompant avec toutes les conventions de son temps, son défi rejoint celui d'Abraham.

 

 

--------------

Propositions

--------------

-

Rêves de femmes (Ingmar Bergman, 1955) - Ce dont je rêve, cela ne peut pas m'appartenir

-

Un été avec Monika (film d'Ingmar Bergman, 1953) - Un regard dans le film en appelle au-delà du film à un autre regard qui témoigne d'une alliance oto-biographique

-

Valérie et la semaine des miracles (Jaromil Jireš, 1970) - Une virginité toute autre, d'avant toute virginité

-

Solaris (Andreï Tarkovski, 1972) : une allégorie de la traduction du monde en film ou du film en monde

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Guilgal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

CineHantise
RegardCamera

AA.BBB

CineLoft

NI.LKI

IncondVie

CE.LOM

ArchiOeuvreRetrait

BM.KJD

MR_RegardCamera

Rang = YCinemaRegardCamera
Genre = -