Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook Le cinéma en déconstruction, suivre sur Facebook

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Sur des films (rémanences)                     Sur des films (rémanences)
Sources (*) : Cinéloft : Sur les regards - caméra               Cinéloft : Sur les regards - caméra
Pierre Delain alias Ozzy Gorgo - "L'écranophile", Ed : Guilgal, 1988-2019, Page créée le 9 juillet 2019

 

-

Rêves de femmes (Ingmar Bergman, 1955) - Ce dont je rêve, cela ne peut pas m'appartenir

   
   
   
               
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

logo

 

Rêves de femme, c'est le titre du film qui fait pleurer Monika dans Un été avec Monika, (1953). Si Bergman a choisi de donner ce même titre, en 1955, à un de ses films, ce n'est certainement pas un hasard. On y retrouve la même actrice, Harriet Andersson, qui joue une jeune femme (Doris) qui n'est pas sans points communs avec Monika. Le clin d'oeil bergmanien passe par une série de regards qui sont quasiment des regards-caméras mais pas tout à fait, à commencer par le regard de colère de la même Harriett Andersson qui joue Doris en 9:43. Par la bouche de son amant, n'est-ce pas Bergman qui l'accuse d'infantilisme ? Comme Monika, Doris nous prend à témoin pendant quelques secondes avant que son regard ne se déplace légèrement vers l'intérieur du film. C'est ensuite le tour de l'autre personnage féminin, Suzanne, dans le train vers Göteborg (10:00), avec en bordure de film d'autres regards-caméras où le regard s'efface : inquiétude et provocation en 10:12, quand elle fume sa cigarette comme Monika. C'est une voix masculine, hallucinée, qui s'adresse à elle, et elle lui répond par un désir de suicide qui prend la forme d'un oeil ouvert, unique, en 10:57, puis 11:05 et 11:21. Cet oeil tourné vers la porte où elle pourrait se tuer, se jeter dehors, est tourné aussi vers nous, comme si c'était nous qui avions à décider de son passage à l'acte. Pour se dégager de la menace de mort, elle s'inonde la figure de pluie, mais cela ne suffit pas à laver l'angoisse, le regard se tourne encore vers nous en 13:54, avant le sommeil. Quand Suzanne parle toute seule, elle ne s'adresse pas à elle-même mais à l'autre en elle (nous), avant de forcer la voix aimée à répondre au téléphone. Tout se passe comme si elle n'avait jamais d'intimité, nous l'entendons comme tous les clients du restaurant, nous voyons à l'intérieur d'elle cette passion inconnue, immaîtrisée. Et même si techniquement ce ne sont pas de "vrais" regards-caméras, leur multiplication et leur insistance en quelques minutes de film suffit à les rendre tels.

Le dernier plan du film, avec un vrai regard-caméra de Eva Dahlbeck (Suzanne), un regard mystérieux, qui s'adresse à nous sans conclure.

 

 

De quoi rêvent-elles ? Suzanne rêve d'Henryk, homme déjà mûr auquel tout un passé la rattache, des souvenirs et des joies dont rien ne subsiste à l'intérieur du film. Henryk n'est plus ce qu'il a été, il le reconnaît lui-même. Elle désire de lui une trace du passé, un enfant, qu'il ne peut pas lui donner. Dans le voyage en train vers Göteborg, elle ne se ment pas à elle-même, elle nous prend à témoin, elle nous met au pied du mur : Sauvez-moi ou je me jette par la fenêtre. Elle sait que cet homme auquel elle songe ne peut pas lui appartenir pour au moins deux raisons : 1/ il n'existe plus, ce qu'il a été ne peut plus revenir; 2/ il est marié, et jamais il ne quittera son épouse et ses enfants pour elle. Et pourtant cette femme séduisante, bien installée dans son métier, continue à en rêver.

Doris est une gamine, infantile du début à la fin. Ses rêves sont instables, incertains. Elle peut regarder une robe dans une vitrine, mais après tout elle pourrait tout autant s'en passer. Si on lui en fait cadeau, elle le prend, mais s'il faut le rendre, elle le rend. Ce n'est pas plus grave que ça, et il y aura toujours un garçon pour la désirer. Le rêve chez elle est moins douloureux, moins angoissant, car il n'est pas attaché à un objet précis. D'ailleurs cette fille lisse et transparente a-t-elle un passé ? On n'en est même pas sûr.

Le film se termine par un plan où Suzanne, une cigarette à la main (comme la Monika de Un été avec Monika) nous regarde droit dans les yeux, après avoir déchiré la lettre que lui a envoyée son ancien amant, Henryk. C'est fini, semble-t-elle dire, ni gaie ni triste, comme si elle demandait notre avis. Mais il n'y a en face d'elle que silence, indifférence et incompréhension. Doris peut encore compter sur Palle, mais elle, ni ses collègues, ni le spectateur ne peuvent la soutenir. Son regard vide est notre regard.

Synopsis (d'ap. cineclubdecaen.com) :

Suzanne Frank, directrice d'une agence de photographies de mode, quitte Stockholm pour un reportage à Göteborg. Elle est accompagnée de Doris, jeune mannequin qui vient de rompre avec son ami Palle. Dès son arrivée, Suzanne téléphone à Henrik Lobelius, un industriel qui fut son amant. Elle lui donne rendez-vous à l'hôtel. Alors qu'elle flâne dans les rues commerçantes de Göteborg, Doris est abordée par un vieux consul, élégant et charmeur. Prétextant une ressemblance entre Doris et une épouse devenue folle, il lui propose robes et bijoux. Fascinée par les promesses de l'inconnu, Doris oublie l'heure du reportage et arrive en retard. Fuyant les reproches de sa directrice, elle retrouve le vieux séducteur et prend l'initiative d'une visite au parc d'attractions. En descendant du toboggan, le consul est pris de malaise et se blesse à la main. Doris le ramène chez lui, le soigne et accepte les bijoux familiaux que lui offre son nouvel ami. C'est alors que surgit Marianne, la fille du consul, venue réclamer de l'argent. En proie à la colère, elle gifle Doris et lui ôte son bracelet. Humiliée, Doris quitte l'appartement sous le regard pitoyable du vieux monsieur.

Suzanne et Henryk se sont retrouvés dans une chambre d'hôtel. L'évocation nostalgique de leur passé est soudain perturbée par l'arrivée inopinée de Madame Lobelius. Alors que les rivales s'affrontent, Lobelius fait preuve d'une grande lâcheté.

Le reportage terminé, Suzanne et Doris reviennent à Stockholm. Doris renoue avec Palle. Suzanne s'est remise au travail. On lui apporte une lettre. Voulant oublier la scène pénible de Göteborg, Henryk propose de l'emmener à Oslo. Suzanne déchire la lettre.

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Guilgal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Films
CinemaChrono

1955.BE.RGM

RegardCamera

EF.LLK

zm.Bergman.1955

Rang = YFilmsBergmanRevesF
Genre = MH - NP