Derrida
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook Le cinéma en déconstruction, suivre sur Facebook

 

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

 
   
CinéAnalyse : En rompant avec toute économie                     CinéAnalyse : En rompant avec toute économie
Sources (*) : Le cinéloft du Quai               Le cinéloft du Quai
Pierre Delain - "Le cinéma sans condition", Ed : Guilgal, 2018, Page créée le 8 avril 2018 L'échange, c'est rien pour rien

[(CinéAnalyse) : En rompant, sans réserve ni condition, avec toute économie]

L'échange, c'est rien pour rien
   
   
   
Orlolivre : comment ne pas (se) sacrifier? Orlolivre : comment ne pas (se) sacrifier?
                 
                       

Pour l'acquťrir, cliquez

sur le livre

logo

 

1972.

On peut comparer deux films post-soixante-huitards sortis la même année (1972) : Tout va bien de Jean-Luc Godard, et L'An 01 de Jacques Doillon, Alain Resnais et Jean Rouch. Ces deux films se réfèrent directement à mai 68, avec insistance dans le cas de Godard qui rapproche les deux dates dès la première image, et implicitement pour l'autre film car l'an 01, n'est-ce pas justement 1968 ? Dans les deux cas, le film commence par deux voix off (une masculine, une féminine) qui renvoient aux conditions matérielles de réalisation du film, comme si la rupture avec l'économie au sens classique du terme devait tout concerner, sauf le cinéma. Dans les deux cas, on arrête de travailler, et dans les deux cas, c'est sans projet précis, sans perspective déterminée. On arrête d'abord pour arrêter, sans chercher ni à anticiper, ni à prévoir, ni à élaborer l'avenir. Cet arrêt ne résulte pas d'une insuffisance ou d'une défaillance, mais d'une nécessité singulière, toute autre. Quelle nécessité? On ne peut pas répondre à l'avance, et ces films eux-mêmes ne répondent pas.

 

1992.

- Fitzcarraldo (Werner Herzog).

Où l'économique et l'anéconomique se brouillent et se confondent dans le même excès, la même démesure, la même circularité.

 

1989.

Il faut, pour que cela arrive, quelque chose d'incroyable, une rupture folle dans la chaîne d'endettement, comme dans The Unbelievable Truth, de Hal Hartley.

 

2018.

- Lazzaro (Alice Rohrwacher).

Un personnage absolument étranger à toute économie.

 

2019.

Dans Uncut Gems, des frères Safdie, c'est un désir fou de faire de l'argent qui coupe de tout lien social, toute relation familiale ou communautaire. Au lieu d'annuler la dette de la façon "normale" '(le remboursement), Howard cherche à l'annuler par le pari, un acte irrationnel et incalculable s'il en est. Le pari est gagné, mais le résultat final est la mort conjointe du prêteur et de l'emprunteur. Le point positif, c'est que Howard meurt heureux.

--------------

Propositions

--------------

-

L'utopiste, qui veut tout prévoir, n'attend plus rien de l'avenir (L'An 01, film de Jacques Doillon, Alain Resnais et Jean Rouch,1972)

-

"Tout va bien" (Jean-Luc Godard, 1972) : le cinéma est l'envers de l'argent, mais il ne peut y avoir de cinéma que s'il l'excède

-

Heureux comme Lazzaro (Alice Rohrwacher, 2018) - Tu répondras à l'autre, dans l'irresponsabilité la plus absolue

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
   
 
 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Guilgal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

CineHantise
CineAneconomie

AA.BBB

CineLoft

SK.LKJ

IVocalEchange

BF.LDF

CulpaDette

VH.KJD

MT_CineAneconomie

Rang = YZCinemaAneconomie
Genre = -