Derrida
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook Le cinéma en déconstruction, suivre sur Facebook

 

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

 
   
CinéAnalyse : en faisant vivre une mort "en direct"                     CinéAnalyse : en faisant vivre une mort "en direct"
Sources (*) : Le cinéloft du Quai               Le cinéloft du Quai
Alek Genvret - "Mourir sans angoisse", Ed : Galgal, 2007, Page créée le 6 octobre 2016

[(CinéAnalyse) : En faisant de la mort un événement "live", vécu en direct, dans le film, par le spectateur]

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquťrir, cliquez

sur le livre

logo

 

1948.

- Les Chaussons rouges (Michael Powell et Emeric Pressburger, 1948).

1974.

- Phantom of the Paradise (Brian de Palma).

1980.

- La mort en direct (Bertrand Tavernier).

2018.

- Le lion est mort ce soir (Nobuhiro Suwa).

---

- Alek : Il y a énormément de morts dans les films, de décès ou de meurtres montrés avec plus ou moins de complaisance. Il est arrivé aussi, rarement, qu'on y ait montré, de façon quasi-documentaire, une mort réelle. Mais ce n'est pas de cela que je voudrais parler. Je voudrais parler des cas où la mort d'un des personnages affecte à tel point la signification du film que le spectateur, le voyeur, en est transformé. Cette mort n'est pas seulement représentée, montrée, elle est active, performative. Elle fait sens au-delà même de la mort de ce personnage.

--------------

Propositions

--------------

-

Le lion est mort ce soir (Nobuhiro Suwa, 2018) - Au cinéma, l'impossible, c'est jouer sa propre mort

-

La mort en direct (Bertrand Tavernier, 1980) ou l'œil-caméra comme système d'aveuglement, qui ne fonctionne que pour mettre à mort ce qu'il filme

-

Les Chaussons rouges (Powell/Pressburger, 1948) - Il n'est d'art pur que régi par une puissance souveraine ayant tous les droits, y compris de détruire les conditions de sa survie

-

Phantom of the Paradise (Brian de Palma, 1974) - Il n'y a pas qu'une puissance souveraine de l'art, mais deux, qui ne peuvent que naître et mourir en même temps

-

Valentine Godé-Darel agonisant (Ferdinand Hodler, 1915)

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
   
 
 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Guilgal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

CineHantise
JeSuisMortDevise

AA.BBB

CineLoft

CD.LDD

LL_JeSuisMortDevise

Rang = VDerridaMort
Genre = -