Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Exposer une oeuvre                     Exposer une oeuvre
Sources (*) : Le visage, seul reste humain               Le visage, seul reste humain

 

La tete bleue (Ar taud, 1946) -

Antonin Artaud, texte publié en juillet 1947 dans le catalogue de l'exposition de ses dessins à la Galerie Pierre.

Le visage humain n'a pas encore trouvé sa face; c'est au peintre à la lui donner, à le sauver en lui rendant ses propre traits

Autres renvois :
   

A partir d'Antonin Artaud

   
   
               
                       

 

Cette formulation reprend certains termes du texte d'Antonin Artaud, Le visage humain, daté de juillet 1947, qui a été publié avec le catalogue de l'exposition de ses oeuvres graphiques (à la même date), puis cité et commenté par Jacques Derrida (ALM pp60-61).

L'homme a perdu sa face. Une espèce de mort perpétuelle, de force vide, est inscrite sur son visage. Pour lui restituer ses traits perdus, pour révéler sa vérité, il faut montrer l'abyme qui le creuse, ses cavités qui répondent aux trous des orbites, ses ouvertures, la faille qui produira une seconde fois le visage. Ce qui est déjà dans ses traits n'a pas encore commencé à être dit. Ce que le visage sait déjà n'a pas encore trouvé la forme qui pourrait le faire parler.

-------

CITATION : "Le visage humain est une force vide, un champ de mort. / La vieille revendication révolutionnaire d'une forme qui n'a jamais correspondu à son corps, qui partait pour être autre chose que son corps. / C'est ainsi qu'il est absurde de reprocher d'être académique à un peintre qui à l'heure qu'il est s'obstine encore à reproduire les traits du visage humain tels qu'ils sont; car tels qu'ils sont ils n'ont pas encore trouvé la forme qu'ils indiquent et désignent; et font plus que d'esquisser, mais du matin au soir, et au milieu de dix mille rêves, pilonnent comme dans le creuset d'une palpitation passionnelle jamais lassée. / Ce qui veut dire que le visage humain n'a pas encore trouvé sa face / et que c'est au peinture à la lui donner. / Mais ce qui veut dire que la face humaine telle qu'elle est se cherche encore avec deux yeux, un nez, une bouche, / et les deux cavités auricuaires qui répondent aux trous des orbites comme les quatre ouvertures du caveau de la prochaine mort. / Le visage humain porte en effet une espèce de mort perpétuelle sur son visage / dont c'est au peintre justement à le sauver / en lui rendant ses propres traits" (in Antonin Artaud, Œuvres, p1534).

La tête bleue (Antonin Artaud, 1946).

 

 

Selon Paule Thévenin, Antonin Artaud a dit de ce dessin probablement exécuté à Rodez qu'il représentait un visage vu dans un rêve - ce qui semble confirmé par le texte reproduit ci-contre. Les prénoms de ses six filles de coeur à naître sont disposés en haut et en bas : Yvonne, Anie, Catherine, Cécile, Elah, Ana. Le long du bord droit, une série d'éléments glossolaliques : or / paru / or / paru / petolo / or / papa / rulu / Ir / pera / ir / perti / cili / cur / pito / o / ta / fiole / ira.

Le titre "La tête bleue" a été donné par Antonin Artaud en vue de l'exposition à la Galerie Pierre.

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Guilgal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Artaud
DerridaExposer

HF.LHJ

ProVisage

PS.LSS

U.visage

Rang = NJ
Genre = MJ - NA