Derrida
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook Le cinéma en déconstruction, suivre sur Facebook

 

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

                     
                     
CinéAnalyse : en laissant entendre le discord inouï                     CinéAnalyse : en laissant entendre le discord inouï
Sources (*) : Le cinéloft du Quai               Le cinéloft du Quai
Pierre Delain - "Le cinéma sans condition", Ed : Guilgal, 2018, Page créée le 2 décembre 2006

 

-

[(CinéAnalyse) : En laissant voir et entendre le discord inouï (Walten)]

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquťrir, cliquez

sur le livre

logo

 

1969.

- Les Damnés (Luchino Visconti).

Avec le nazisme, Walten et Geschlecht sont indissociables.

 

2019.

- The Lighthouse (Robert Eggers).

Robert Eggers accumule dans son film les figures de la relation à l'autre : rivalité, face-à-face, détestation, haine, mépris, jalousie, persécution, subordination, domination, dialectique maître-esclave, indifférence, mais aussi amitié, camaraderie, intimité, complicité, ambivalence, désir homosexuel, fantasme hétérosexuel, etc. Ces relations liées entre elles se combinent en un mouvement hétérogène unique. Sans doute les deux personnages sont-ils tous deux vivants, mais ils ne sont pas des vivants comme les autres. En renonçant aux contrastes qui font le cycle ordinaire de la vie (jour / nuit, travail / repos, soi-même / l'autre, dominant / dominé, boire / manger, profane / sacré, récit / mythe, etc.), ce qu'ils appellent n'est pas la mort banale, au sens courant du mot mort, c'est un en-deçà de la mort indissociable d'un en-deçà de la vie. La sophistication des paroles, des images et du jeu des acteurs, tellement excessive qu'on peut la dire monstrueuse, contribue à ce décentrement. Pour fabriquer du Walten, du démonique (deinon), il faut au cinéma d'aujourd'hui plus d'une langue, plus d'une référence}.

 

---

Pour faire art, il faut arrêter le Walten, le pacifier, le modérer et même, idéalement, le rendre beau. C'est, par exemple, ce que Kurt Schwitters a inventé en peinture avec son objet (i); ou Ferdinand Hodler avec l'eurythmie. Mais les exemples sont innombrables; et l'art, peut-être, n'a pas d'autre but.

 

 

--------------

Propositions

--------------

-

The Lighthouse (Robert Eggers, 2019) - Une force excessive, inquiétante, souveraine, s'impose sans considération ni pour la vie, ni pour la mort, ni pour la crédibilité du récit

-

Les Damnés (Luchino Visconti, 1969) - Avec les nazis, ces bouchers de la filiation, Gewalt (violence) et Geschlecht (génération) sont indissociables

-

Dans l'art contemporain, le rythme n'est plus un rapport d'équilibre entre valeurs, mais une puissance de dissociation qui menace la stabilité

-

Ferdinand Hodler peint l'eurythmie

-

Eurythmie (Ferdinand Hodler, 1895)

-

Lac de Genève et chaîne du Mont Blanc à l'aube (Ferdinand Hodler, 1918)

-

L'objet (i) est un objet quelconque équilibré et rythmé

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Guilgal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

CineHantise
VoixRythme

AA.BBB

CineLoft

OO.MLK

MY_VoixRythme

Rang = O_Rythme
Genre = -