Derrida
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook Le cinéma en déconstruction, suivre sur Facebook

 

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

                     
                     
CinéAnalyse : bêtise, valeur souveraine                     CinéAnalyse : bêtise, valeur souveraine
Sources (*) : Le cinéloft du Quai               Le cinéloft du Quai
Grégoire Fannis - "Garder le silence", Ed : Galgal, 2007, Page créée le 7 avril 2021

 

-

[CineAnalyse : En érigeant la bêtise en valeur souveraine]

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquťrir, cliquez

sur le livre

logo

 

1994.

- Forrest Gump (Robert Zemeckis).

1998.

- L'ennui (Cédric Kahn).

2014.

- P'tit Quinquin (Brunot Dumont).

2020.

- Mandibules (Quentin Dupieux).

C'est la généralisation de la bêtise, tellement générale qu'on ne s'en aperçoit même plus.

---

La bêtise au cinéma, ça n'est pas seulement un thème ou un genre, c'est une fonction, une nécessité qui touche une grande partie du cinéma, et peut-être tout le cinéma en tant que machinerie, industrie, technique, fabrique, construction stéréotypée, etc. Un cinéma général, universel, souverain, ce serait le comble, le triomphe de la bêtise, ce à quoi, à une certaine époque, ont pu viser les westerns, par exemple, ou les James Bond, même s'il y a toujours des singularités qui réussissent à circonvenir la bêtise. Charlie Chaplin est suprêmement bête et suprêmement intelligent, il réconcilie les deux.

 

 

--------------

Propositions

--------------

-

Il faut préserver le rapport sexuel, car c'est le seul rempart contre un ennui mortel ("L'ennui", film de Cédric Kahn, 1998)

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Guilgal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

CineHantise
CineBetise

AA.BBB

CineLoft

HW.LKK

MB_CineBetise

Rang = YL
Genre = -