Derrida
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook Le cinéma en déconstruction, suivre sur Facebook

 

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

 
   
Avec ce monde je meurs, pour vivre encore                     Avec ce monde je meurs, pour vivre encore
Sources (*) : "Mourir vivant", un fantasme et plus               "Mourir vivant", un fantasme et plus
Pierre Delain - "La mise à nu des exils", Ed : Guilgal, 1988-2017, Page créée le 10 mai 2020

[Ce monde se meurt, il faut mourir avec lui pour vivre encore]

   
   
   
                 
                       

Pour l'acqurir, cliquez

sur le livre

logo

 

On partira du constat largement partagé selon lequel un monde se meurt. Il est loin d'avoir disparu, mais on parle déjà du monde d'avant comme si son effacement était déjà acquis. On est invité à inventer ou imaginer un monde d'après, comme si nous savions déjà comment ce monde pourrait être. Mais la difficulté, le problème, c'est que nous n'en savons rien. Le monde à venir (si l'on peut employer cette expression à connotation religieuse) nous est étranger, absolument inaccessible, car tout ce à quoi nous pourrions penser, tout ce qui pourrait nous servir pour en prévoir le contenu, tout cela est entraîné dans le mourir dont on parle - et même nous, nous-mêmes, nous y sommes entraînés. Nous périssons, nous mourons avec lui. Même les plus optimistes, les plus créatifs, les plus vigoureux, sont entraînés dans ce mourir - car nul ne peut véritablement échapper au monde dans lequel il habite. Si ce constat ou cette assertion, ou cette déclaration, a quelque chose de juste, alors il faut trouver le moyen de laisser venir ces composantes du monde que nous ne connaissons pas encore. Je vais proposer pour cela un chemin plutôt bizarre, indirect, oblique - un chemin qui n'en est pas vraiment un. Ne pouvant partir de la réalité, je vais partir de quelques fictions, les plus fragiles qui soient, quelques films qui pourraient peut-être m'enseigner comment je pourrais, dans ce contexte assez désespérant, mourir vivant.

 

1. Robinson Crusoé.

Mourir vivant, c'est une expression paradoxale qu'on trouve dans le dernier séminaire professé par Jacques Derrida en 2002-2003, La bête et le souverain, volume II. Il y parle d'un fantasme qu'il attribue à Robinson Crusoé. Robinson est terrorisé par l'idée d'être mangé par des cannibales ou de disparaître dans un tremblement de terre, d'être englouti, de s'effacer sans laisser ni trace ni souvenir. Pour se protéger contre ce risque, il revient au christianisme, il se confesse, se repent, il prie. La prière est un moyen de se protéger contre la peur panique de voir disparaître son monde. Elle est ambiguë. Prier s'impose à la fois comme pulsion machinique, automatique, et appel à une force extérieure qui viendrait briser la répétition. La même force qui l'a poussé à quitter le confort de l'Angleterre le pousse à fabriquer dans son île des objets qui reconstituent son monde. La force qui l'a obligé à risquer l'auto-destruction le conduit à chercher le soutien d'une force plus puissante encore qui le protégerait. C'est la situation dans laquelle nous sommes aujourd'hui, quand la technologie apparaît à la fois comme force destructrice et moyen de s'en protéger. Mais ce que fait observer Jacques Derrida, c'est que Robinson Crusoé n'est pas seulement un personnage, c'est aussi un livre signé Daniel Defoe, The Life and Strange Surprising Adventures of Robinson Crusoe publié en 1720, à la veille des grandes conquêtes coloniales anglaises. Si Robinson Crusoé survit jusqu'à aujourd'hui, ce n'est pas grâce au semblant de royaume souverain qu'il a su constituer dans son île lointaine, c'est par la persistance d'un texte que nous lisons encore aujourd'hui, de ses réminiscences, ses reprises et ses remakes. Robinson Crusoé est toujours vivant, mais sa roue et ses prières y sont pour très peu.

 

2.

Et si, avec la peur d'effondrement d'un monde, nous nous trouvons aujourd'hui dans une situation comparable à la sienne, nous devrions, peut-être, prendre en considération sa double nature.

 

3. Risquer une autre alliance.

Ce troisième moment, à propos duquel je parlerai de L'étrange affaire Angelica, film de Manoel de Oliveira (2010) est celui dont il est le plus difficile (voire impossible) de parler : celui du "pas au-delà". On touche là à la dimension la plus énigmatique de la situation politique actuelle, une dimension dont on ne peut parler que de manière oblique - oblique mais nécessaire.

--------------

Propositions

--------------

-

L'Arrangement (Elia Kazan 1969) - Aucun arrangement ne peut suspendre la décision d'en finir, inconditionnellement, avec une vie sans vie

-

Camille (Boris Lojkine, 2019) - "Il faut mourir vivant", dit la photoreporter - il en résulte, pour l'autre, un film et d'autres traces

-

L'étrange affaire Angélica (Manoel de Oliveira, 2010) : l'ange vivant de la mort appelle le photographe, il lui donne accès à un monde sans deuil, ni devoir, ni dette

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
   
 
 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Guilgal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Delain
MeursVivant

AA.BBB

MourirVivant

ME.MLE

JM_MeursVivant

Rang = SMeursvivant
Genre = -