Derrida
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook Le cinéma en déconstruction, suivre sur Facebook

 

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

                     
                     
CinéAnalyse : d'un film où Dieu se nomme                     CinéAnalyse : d'un film où Dieu se nomme
Sources (*) : Le cinéloft du Quai               Le cinéloft du Quai
Pierre Delain - "Le cinéma sans condition", Ed : Guilgal, 2018, Carte créée le 12 mai 2019

 

-

[(CinéAnalyse) : En donnant à Dieu d'autres visages, d'autres voix, d'autres noms]

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquťrir, cliquez

sur le livre

logo

 

1966.

- Persona (Ingmar Bergman).

 

2019.

- Dieu existe, son nom est Petrunya (Teonia Strugar-Mitveska).

---

Il est possible mais pas indispensable qu'un film nomme Dieu pour lui donner un nom. Il peut l'oublier, l'ignorer, l'introduire de manière plus ou moins discrète, dissimulée, cryptée ou involontaire, et cela peut conduire à une nomination, à la profération d'un nom de Dieu.

 

 

--------------

Propositions

--------------

-

Dieu existe, son nom est Petrunya (Teonia Strugar-Mitevska, 2019) (God Exists, Her Name Is Petrunija) - Tragi-comique, scandaleux, inéluctable, l'événement qui fait de Dieu une femme

-

Persona (Ingmar Bergman, 1966) - Ce film qui se termine par "rien" déclare, au-delà de tous les simulacres, rôles ou jeux sociaux, la valeur incommensurable de ce "rien"

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Guilgal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

CineHantise
CineDieu

AA.BBB

CineLoft

JX.LKF

KX_CineDieu

Rang = YXCineNom
Genre = -