Derrida
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook Le cinéma en déconstruction, suivre sur Facebook

 

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

                     
                     
CinéAnalyse : vicissitudes du pharmakon                     CinéAnalyse : vicissitudes du pharmakon
Sources (*) : Le cinéloft du Quai               Le cinéloft du Quai
Cécile Loth - "Parages hybrides", Ed : Galgal, 2007, Page créée le 19 septembre 2018

 

-

[(CinéAnalyse) : En laissant au pharmakon libre cours]

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquťrir, cliquez

sur le livre

logo

 

2007.

- Bleu Remix (Yann Marussich).

Le pharmakon s'exhibe.

2008.

- Un conte de Noël (Arnaud Desplechin).

L'enfant-poison mal aimé est aussi l'enfant-remède nécessaire à la survie de sa mère.

2012.

- The Master (Paul Thomas Anderson).

Une boisson inconnue rapproche deux hommes qui n'ont rien à voir entre eux.

2014.

- Birdman, ou La surprenante vertu (Alexandro González Iñárritu).

Il arrive qu'on puisse soi-même s'identifier au pharmakon, être hanté par lui.

2015.

- Manifesto (Julian Rosefeldt).

L'œuvre d'avant-garde, par sa proclamation de salut, empoisonne ce qu'elle sauve.

2016.

- La Flor, épisode 2 (Mariano Llinas).

Pour réussir, il faut une dose de poison.

2018.

- Voyage à Yoshino (Naomi Kawase).

La plante qui apporte douleur et soulagement, c'est la beauté même.

2020.

- Drunk (Thomas Vinterberg).

Boire de l'alcool est dangereux, maléfique, parfois mortel, mais s'il permet de franchir quelques impasses, alors tant mieux.

---

La figure du pharmakon date de Platon, on ne l'a pas inventée pour le cinéma - mais si elle n'avait pas déjà existé sous ce nom, c'est là qu'on l'aurait découverte. Car un film, n'est-ce pas une drogue qui peut aussi servir de remède? Et les cinémas ne sont-ils pas des sortes de pharmacie, où à force de maquillages, de déguisements, de montages et de colorisations, on se procure un petit supplément? Ces héros ambigus, ces flics à moitié bandits, ces amoureux qui s'entredéchirent, ces acteurs vedettes dont le jeu devient ridicule comme dans Birdman (Alejandro Gonzalez Inarritu, 2014), ces tentatives de salut qui se transforment en destructions comme dans les proclamations de Manifesto (Julian Rosefeldt, 2015), c'est la saveur du cinéma, sa beauté, comme dans Voyage à Yoshino (Naomi Kawase, 2018), et peut-être son essence.

 

 

--------------

Propositions

--------------

-

Birdman, ou La surprenante Vertu de l'Ignorance (film d'Alejandro González Iñárritu, 2014) : "Je suis le pharmakon qui me hante"

-

Le pharmakon s'exhibe ("Bleu Remix", de Yann Marussich, 2007)

-

Voyage à Yoshino (Naomi Kawase, 2018) (Vision) - Qu'il est beau ce pharmakon! Qu'elle est belle cette apocalypse!

-

Drunk (Thomas Vinterberg, 2020) - L'alcool peut aussi, parfois et sans prévenir, se faire pharmakon

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Guilgal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

CineHantise
CinePharmakon

AA.BBB

CineLoft

GP.MML

MK_CinePharmakon

Rang = YCineloftpharmakon
Genre = -