Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Derrida, le pouvoir, le souverain                     Derrida, le pouvoir, le souverain
Sources (*) : Derrida, le supplément               Derrida, le supplément
Jacques Derrida - "Voyous - deux essais sur la raison", Ed : Galilée, 2003, p137

 

- -

Derrida, notre époque

L'époque des Etats voyous, c'est celle où "il y en a plus" : plus d'un, plus qu'on ne pense, encore plus, et bientôt plus du tout

Derrida, notre époque
   
   
   
               
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

L'Etat voyou, traduit de l'américain rogue State, c'est une expression, un mot d'ordre. Il s'agit d'accuser, de dénoncer le déviant ou le pervers, de le marquer d'un signe distinctif, d'un mot. L'expression est utilisée par les démocraties occidentales à l'égard d'un sujet (un Qui), d'un Etat (un Quoi) ou d'une institution hors la loi, qu'il faut mettre hors d'état de nuire. Elle annonce une sanction, par le droit ou la force, contre un Etat qui ne respecte pas les règles dominantes du droit international. Entre Etats, le modèle démocratique, tel qu'il se traduit par un vote à l'ONU, n'est qu'apparent. Seule compte la raison du plus fort. Nous vivons, écrit Derrida, l'époque des Etats voyous (Voyous p98), celle où d'un côté certains Etats souverains s'arrogent le monopole de la légitimité, et d'autres se constituent en "voyoucraties" menaçant l'ordre public par des contre-pouvoirs, des actes violents ou "terroristes". Citation : "L'hypothèse que je voudrais vous soumettre (...) c'est celle d'une “époque des Etats voyous“, en me demandant non seulement s'il y a des Etats voyous mais surtout ce que voudrait dire “plus d'Etats voyous“, à savoir plus qu'on ne pense, plus d'un ou bientôt plus du tout" (p137).

Ceux qui ont inventé la rhétorique des rogue States sont précisément ceux qui ignorent le droit international et déclenchent des guerres pour défendre leurs intérêts. Parmi eux, les plus pervers, les plus puissants, sont les Etats-Unis. Au moment où ils dénoncent le mal en Irak et en Lybie, ils bombardent eux-mêmes. S'appuyant sur le principe démocratique et la Déclaration des droits de l'homme, ils mettent en œuvre un autre principe, la souveraineté, pour déployer leur puissance militaire, économique, techno-scientifique. Ces deux principes sont à la fois indissociables et contradictoires. En protégeant la démocratie, on la trahit silencieusement (auto-immunité).

Enluminure médiévale.

 

 

L'abus de pouvoir étant constitutif de la souveraineté, tous les Etats souverains abusent du pouvoir. Mais alors pourquoi la situation d'aujourd'hui serait-elle spécifique? En quoi y aurait-il une époque singulière des Etats voyous, la nôtre? Si tous les Etats sont des Etats voyous, s'il n'y a que des voyous, alors il n'y en a plus. Plus il y en a, moins il y en a. Mais il y a encore autre chose. Avec le 11 septembre, on a pu constater que tous les voyous n'étaient pas étatiques. D'autres menaces (attaques bactériologiques, chimiques, informatiques, voire même nucléaires), dont l'origine n'est pas toujours identifiable, peuvent intervenir dans l'équilibre de la terreur. Ce qui est à venir, virtuellement possible, peut toujours être pire. S'il n'y a plus de sécurité pour les Etats dits normaux ou souverains, si la guerre ne se distingue plus de la paix, alors c'est l'angoisse ou la panique qui montent. La fin du système des Etats voyous serait encore plus terrorisante.

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Guilgal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Derrida
ProSouverain

TD.LLM

DerridaSupplement

TL.LLT

DerridaCtp

QP.LLP

UEtatsVoyousPlus

Rang = OEtatsVoyousPlus
Genre = MR - IA