Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook Le cinéma en déconstruction, suivre sur Facebook

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Derrida, eschatologie, messianique                     Derrida, eschatologie, messianique
Sources (*) : Faire effraction dans la scène apocalyptique               Faire effraction dans la scène apocalyptique
Jacques Derrida - "D'un ton apocalyptique adopté naguère en philosophie", Ed : Galilée, 1983, p78

 

Apocalypse de Jean (ouvrir le livre) -

Avec les écrits apocalyptiques, la vérité de la révélation s'annonce exemplairement comme condition transcendantale de tout discours

   
   
   
               
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Un discours apocalyptique dévoile une vérité : voici venir la fin, elle est imminente. Ce n'est pas seulement la révélation d'un secret, ce n'est pas seulement l'annonce d'un événement particulier, c'est la révélation de la vérité en général, la vérité de la vérité (p69). Le jugement dernier, c'est que, à la fin, la vérité se dévoile. Nous allons tous mourir, c'est comme si nous étions déjà morts. C'est la structure de la vérité elle-même qui est apocalyptique.

Comment démystifier ce discours? Il faudrait tenir compte de la démultiplication des voix, de leur entrelacement, des ruses et des pièges des différents discours apocalyptiques d'aujourd'hui. Dans la complexité des envois, on ne sait pas qui parle, qui écrit, qui adresse quoi à qui. La destination du message (comme son destinataire), restent à venir, indécidables. Mais justement, cette indétermination, "n'est-ce pas aussi celle de toute scène d'écriture en général? C'est une des suggestions que je voulais soumettre à votre discussion : l'apocalyptique ne serait-il pas une condition transcendantale de tout discours, de toute expérience même, de toute marque ou de toute trace? Et le genre des écrits dits "apocalyptiques" au sens strict, ne serait alors qu'un exemple, une révélation exemplaire de cette structure transcendantale" (Derrida, D'un ton apocalyptique adopté naguère en philosophie, pp77-78).

"Et je vis un ange puissant, qui criait d'une voix forte : Qui est digne d'ouvrir le livre, et d'en rompre les sceaux ?" (Apocalypse de Jean).

 

 

Ce qui compte dans la structure apocalyptique, la vérité de ce discours, ce n'est pas ce qui est annoncé (le contenu), c'est l'annonce en tant qu'annonce (acte de langage). La structure de l'écriture, du texte, de la marque, de la trace, du langage s'y auto-présentent. Sans destination assurée, sans énonciateur unique, le discours apocalyptique révèle, exemplairement comme le dit Derrida, la structure eschatologique de la voix - qui est aussi celle du discours courant.

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Guilgal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Derrida
DerridaMessie

LC.LLK

ApocalypseHumain

FF.KML

UDiscoursApocal

Rang = LDiscoursApocalypse
Genre = MR - IA