Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

 

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

                     
                     
Cinéloft : En laissant se faire la déconstruction                     Cinéloft : En laissant se faire la déconstruction
Sources (*) : Le Cinéloft du Quai               Le Cinéloft du Quai
Aelia Laelia - "Transmutations photographiques", Ed : Galgal, 2007, Page créée le 14 mars 2017

 

-

Pour plus d'une déconstruction à venir

[(Cinéloft) : En laissant se faire la déconstruction]

Pour plus d'une déconstruction à venir
   
   
   
                 
                       

logo

Cliquer pour accťder ŗ son texte

 

--- Il y a des films où ça déconstruit, d'autres films (parfois les mêmes) où ça se déconstruit soi-même. Cela je l'affirme, je le dis et je crois pouvoir le démontrer à une condition qui est loin d'être toujours remplie, c'est qu'il faut faire confiance aux films. Faire confiance ne veut pas dire croire tout ce qui s'y dit ou s'y montre. Faire confiance, c'est se laisser prendre au jeu du film, se laisser guider ou transformer par lui. Il n'y a pas de démonstration sans confiance, pas de confiance sans croyance, et la croyance, c'est une particularité du cinéma. Ceci étant dit, ce à quoi l'on croit dans un film n'est pas le plus visible. Ce n'est ni le scénario, ni le discours manifeste, c'est un point d'accroche qui reste à découvrir. Le génie du cinéma, c'est qu'il me donne l'espoir de découvrir ce que je crois, et qu'il m'offre aussi le plaisir de l'espoir déçu.

Je peux, moi aussi, être L'homme à la caméra de Vertov, accoucher d'un nouveau monde qui, par la liberté d'un montage toujours renouvelé, garderait ses distances avec la répression politique et la guerre civile.

Le cinéma étant devenu le premier des arts, il était logique que la déconstruction, elle aussi, passe par lui.

 

 

--------------

Propositions

--------------

-

Dans l'"Homme à la caméra" (1929), Dziga Vertov met le leurre cinématographique en œuvre tout en le tenant à distance, le démontant et le déconstruisant

-

Dans "Blow Out" (Brian de Palma, 1981) est à l'oeuvre une déconstruction de la greffe audio-visuelle : démontée, mise en scène dans son impossibilité, elle est réinscrite dans le fantasme

-

En échange de notre survie, nous honorons les rendez-vous qui nous sont donnés - jusqu'à épuisement (Holy Motors, film de Leos Carax, 2012)

-

Le film "Effets secondaires" de Steven Soderbergh (2013) est construit pour qu'on ne puisse en tirer aucune conclusion définitive : un thriller aporétique

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Guilgal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Aelia
CineloftSpectral

AA.BBB

CineLoft

UV.GGM

DeconsAVenir

ON.LON

MC_CineloftSpectral

Rang = PCinemaSpectrDecons
Genre = -