Derrida
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook Le cinéma en déconstruction, suivre sur Facebook

 

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

                     
                     
Le texte biblique, s'il survit, reste sacré                     Le texte biblique, s'il survit, reste sacré
Sources (*) : Idvi, un lieu pour l'étude               Idvi, un lieu pour l'étude
Pierre Delain - "Miqra, plus d'une lecture", Ed : Guilgal, 2016-2020, Page créée le 25 août 2016

 

-

D'un "texte sacré" à la déconstruction

[Le texte biblique, en tant qu'il fait survivre un autre texte, peut se dire "texte sacré"]

D'un "texte sacré" à la déconstruction
   
   
   
                 
                       

Pour l'acquťrir, cliquez

sur le livre

logo

 

La grande énigme du texte biblique, ce n'est pas son écriture ni son poids historique ou religieux (qui peuvent être expliqués), c'est sa survie. Oui, ce texte survit encore, aujourd'hui, il est lu et réinterprété. Il donne lieu à d'autres textes qui confortent, quoiqu'on en dise, sa position de texte sacré, et renouvellent la signification de ce syntagme. Par suite d'une aventure unique, exceptionnelle, il est devenu l'exemple-type, le cas paradigmatique, de ce lieu étrange à la fois objet de toutes les attentions philologiques et scientifiques qui le morcellent, le démantèlent, le réduisent à d'autres sources et significations, et objet à traduire intouchable comme tous les originaux, exigeant des interprétations toujours nouvelles, y compris les analyses dites scientifiques qui finissent par se révéler, elles aussi, comme de simples interprétations. Le résultat, c'est un autre texte, qui est aussi la survie du même texte. La survie n'est pas la vie. Le texte est à la fois mort et vivant, l'un plus l'autre, tant qu'on peut s'attendre à une réponse à son exigence. Il ne s'intéresse pas à ma vie (ce n'est pas son problème), mais à vivre encore plus que ma vie, il ne m'oblige pas dans ma langue mais il oblige à son accroissement.

Ce n'est donc parce qu'il est sacré que le texte biblique survit; c'est parce qu'il survit, et pour autant qu'il survive, qu'il devient sacré. Tant qu'on le traduit, tant qu'on l'interprète, il est intouchable.

 

 

--------------

Propositions

--------------

-

Pour survivre comme texte sacré, messianique, un original promet à la fois l'accroissement des langues, leur parenté et leur réconciliation

-

[Le livre de Tobie enseigne qu'un fils peut rendre la vie et la vue à son père - lequel n'a d'autre devoir que d'en écrire le récit, en faire un livre]

-

[Lilith est poison et remède, elle est porteuse des menaces contre lesquelles elle protège]

-

[Autour de la racine hébraïque GAL (גל) se joue l'expérience apocalyptique de l'exil et de l'emportement]

-

Miqra, plus d'une lecture (Pierre Delain, 2016-2020) [DBDA]

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Guilgal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Delain
DeconsBible

AA.BBB

IdviEtude

ED.KJH

DeconsSacre

SE.LED

MX_DeconsBible

Rang = XTorahTexteDecons
Genre = -