Derrida
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook Le cinéma en déconstruction, suivre sur Facebook

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
Derrida, Heidegger                     Derrida, Heidegger
Sources (*) : Derrida, la marche, le pas               Derrida, la marche, le pas
Pierre Delain - "Après...", Ed : Guilgal, 2017, Page créée le 11 août 2019

 

-

Pour avancer, Derrida cite et traduit Heidegger, dans une marche étrange où il faut qu'il en prenne le contre-pied pour ouvrir le chemin vers l'"avant"

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquťrir, cliquez

sur le livre

logo

 

Heidegger est l'un des auteurs les plus souvent mentionnés ou cités par Derrida, peut-être même celui qu'il cite le plus souvent, mais toujours sur un mode ambigu, complexe, voire retors. S'il va chercher ses mots ou ses phrases, c'est le plus souvent pour en isoler un terme, une expression. S'il résume ou reprend ses problématiques, c'est pour en prendre aussitôt le contre-pied. On a l'impression que, chaque fois, Derrida ne renvoie à ses textes que pour repérer un point inacceptable pour lui, dont il dénonce les circularités. Cela vaut pour le Nietzsche de Heidegger dans La vie la mort, comme pour Les concepts fondamentaux de la métaphysique, Monde, finitude, solitude, walten, dans La bête et le souverain. On pourrait dire que pour Derrida Heidegger est une sorte de marche-pied (il faut monter cette marche pour commencer à marcher), ou un chausse-pied (dit aussi embauchoir = une ébauche, le commencement du mouvement où l'on met son pied à sa place). Mais (pour continuer à filer la métaphore du pied heideggerien par opposition à celle de la main utilisée par ailleurs par Derrida), il finit toujours par en prendre le contre-pied (cf par exemple : Sem2002 p146). La marche derridienne, sa démarche, son pas, prend le chemin d'une sorte de colimaçon oblique, où il revient chaque fois sur les textes de Heidegger pour s'en éloigner encore plus.

Martin, futur ou peut-être déjà nazi, dans l'une des scènes d'ouverture des Damnés ou Le crépuscule des Dieux, de Lucchino Visconti (1969).

 

 

Pour le contre-pied, la main est inutile (cette main heideggerienne qu'il critique souvent), il faut du pas, du pied, une marche singulière où le pas en avant est un pas avant, où le chemin promis ouvre ou fraye le pré-originaire ou ce qui est présenté comme tel. Avant les mots heideggeriens comme Walten ou Triebavant Heidegger qui finalement n'aura jamais dépassé la métaphysique, il y a, par exemple, Nietzsche en 1975/76 ou Celan en 2001/2003. Heidegger n'a jamais le dernier mot.

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Guilgal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Delain
DerridaHeidegger

MJ.LKJ

DerridaMarche

ER.LED

THeideggerPied

Rang = SHeideggerPied
Genre = MH - NP