Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook Le cinéma en déconstruction, suivre sur Facebook

 

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

                     
                     
Cinéloft : il faut croire sans croire                     Cinéloft : il faut croire sans croire
Sources (*) : Pas d'autre assurance que le témoignage d'un autre               Pas d'autre assurance que le témoignage d'un autre
Arno Dengerfeld - "La précarité du témoin", Ed : Galgal, 2007-2012, Page créée le 8 septembre 2018

 

-

Le cinéloft du Quai

[(Cinéloft) : En témoignant du fiable, du crédible, et de leur incertitude]

Le cinéloft du Quai
   
   
   
Fiable l'œuvre qui suspend sa fiabilité Fiable l'œuvre qui suspend sa fiabilité
                 
                       

logo

Cliquer pour accťder ŗ son texte

 

On peut dire que tout film, ou n'importe quel film, est un témoignage. Ce n'est pas l'auteur qui témoigne, ni les personnages, ni les acteurs, c'est le film lui-même. Il suffit qu'on le regarde ou qu'on l'écoute, il suffit qu'il soit présent, et "ça" témoigne de ce qui est montré. Et même si la question "qui est ce ça?" n'est posée par personne, il y a un "qui" derrière, et même si, dans le contenu du film, il est question de témoignage, ce "qui" est souvent difficile à déterminer.

Le film peut :

- témoigner en l'absence de ceux qu'on aurait pu considérer comme des témoins, comme dans Cloverfield (film de Matt Reeves, 2008). Dans cette histoire, les témoins disparaissent dans le cours du film. De l'événement relaté, il ne reste qu'une pellicule - ce qui après tout est le cas général, l'essence même du cinéma. Le tournage en caméra subjective met en abîme la dimension "témoignante" du film (de n'importe quel film).

- le cas où aucun témoin n'est crédible, de sorte que c'est le témoignage comme tel qui est mis en question (la possibilité même du témoignage), comme dans The Third murder, de Hirokazu Kore-Eda (2017).

 

 

--------------

Propositions

--------------

-

Stalker (Andreï Tarkovski, 1979) - "Viens!" dit le lieu sans vérité, sans contenu, qui en appelle aux croyances sans les déterminer

-

La structure de l'image filmique est testamentaire : pour témoigner d'une date unique, singulière, elle la répète, la cite, la réduit en cendres (Cloverfield, Matt Reeves, 2008)

-

The Third Murder (Hirokazu Kore-Eda, 2017) - Le jugement final, c'est que nul ne peut témoigner de la vérité

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Guilgal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Arno
CineTemoin

AA.BBB

ArchiOeuvreRetrait

BD.KJD

CineLoft

NG.LKD

ArchiOeuvrePromesse

CE.LED

MC_CineTemoin

Rang = YTemoinCineloft
Genre = -