Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook Le cinéma en déconstruction, suivre sur Facebook

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
Le nom de Dieu, secret du langage                     Le nom de Dieu, secret du langage
Sources (*) : Créer ex nihilo               Créer ex nihilo
Gershom Scholem - "Le Nom et les symboles de Dieu dans la mystique juive", Ed : Cerf, 1983, p91

 

- -

La création est un acte d'écrire divin, au cours duquel Dieu incorpore son langage aux choses et l'y dépose en elles, sous forme de signatures

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

C'est ainsi que Gershom Scholem résume la théorie linguistique du cabaliste Abraham Aboulafia, qui a écrit entre 1280 et 1291. Dans cette théorie mystique du langage, c'est l'écriture qui forme la matière de la création, et aussi de la révélation et de la prophétie. Les lettres donnent forme à la réalité comme l'encre s'écoule de la plume. En elles, dans les sefirot et dans les noms, la sagesse est rassemblée et mise en mouvement. Elle s'inscrit dans le coeur des hommes comme sur un parchemin. On peut entrer en contact avec le langage divin (dibbur elohi), qui est aussi connaissance, en combinant à l'infini les 22 lettres. Le flux du discours divin ne fait qu'un avec la connaissance prophétique.

L'expression suprême du mouvement des lettres est le nom divin. C'est ce nom qui confère aux objets leurs réalité. Le langage divin n'a pas de grammaire. Il donne le langage humain, avec ses règles, par les lettres écrites et la décomposition du nom. On peut, par la méditation mystique, retrouver des éléments du langage divin. Cela passe par une science de l'art combinatoire (hokhmat ha-séruf) qui "constitue le fondement et l'aboutissement ultime de toute chose" (Scholem, p94), "la mère de toutes les sciences", supérieure à la science des philosophes et des métaphysiciens. Les combinaisons et combinaisons de combinaisons, qui contiennent toutes les vérités possibles, recoupent les "secrets de la Torah" (sitré tora) qui ne sont pas seulement des secrets, mais des paradoxes et des contradictions dans le texte.

 

 

Toute langue ayant son centre dans le nom divin, elle peut lui être rapportée. Dans le monde de la matière, les signatures secrètes des lettres restent toujours identiques à elles-mêmes. Cela n'empêche pas la production d'effets spirituels et mystiques par association avec des significations. A l'extrême, on pourrait restituer la langue sacrée par refonte générale de toutes les langues. Mais il faut agir avec prudence. Des forces magiques, démoniaques, peuvent toujours surgir. Même quand apparemment ils n'ont pas de signification, les mots sont chargés de sens. La révolution des lettres est dangereuse.

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Guilgal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Scholem
NomDieuLangage

EG.LEG

HebCreation

EE.LEE

XCreationEcritureNomDieuGenre = MK - NG