Derrida
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook Le cinéma en déconstruction, suivre sur Facebook

 

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

                     
                     
(CinéAnalyse) : En crédibilisant le réel, par regard et couleur                     (CinéAnalyse) : En crédibilisant le réel, par regard et couleur
Sources (*) : Le cinéloft du Quai               Le cinéloft du Quai
Manuelle Astorba - "La contamination des corps", Ed : Galgal, 2007, Page créée le 5 janvier 2008

 

-

[(CinéAnalyse) : En assurant, sans voix, par le regard et la couleur, un lien crédible au réel du monde]

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquťrir, cliquez

sur le livre

logo

 

1947.

- Fireworks (Kenneth Anger).

1964.

- Le désert rouge (Michelangelo Antonioni).

2017.

- The Florida Project (Sean Baker).

---

La couleur a, comme le bruit ou le timbre de voix, des nuances infinies. On manque de mots pour désigner sa diversité. Elle déborde, elle dépasse, elle excède tout classement, toute maîtrise. Van Gogh ne s'en est pas servi que pour colorer, mais pour dessiner, s'exprimer, transformer le monde en un espace vibratoire. C'est ainsi qu'il a inventé à sa façon l'espace vocal (il n'a pas été le seul). Après lui, les expressionnistes de tous poils se sont servis de cette liberté. Ils ont creusé un trou dans lequel l'art contemporain s'est précipité tout entier dans un mouvement d'attraction et de répulsion.

Quand elle envahit le tableau, par exemple chez Morris Louis, la couleur n'est pas confinée à un objet ni à une figure. Elle affecte l'objet voisin. Elle produit une réverbération, une résonance. Par contamination ou par contraste, elle unifie l'espace.

 

 

--------------

Propositions

--------------

-

Au cinéma, la couleur peut servir à unifier le monde projeté, autrement que par sa cohérence spatio-temporelle

-

Nous percevons les sensations colorées sans les maîtriser, comme des rapports qui diffèrent non par leur intensité mais par leur sonorité propre

-

[Van Gogh se sert de la couleur pour rendre les contours, s'exprimer fortement, et aussi faire vibrer un "je ne sais quoi d'éternel"]

-

Morris Louis est le maître suprême de la couleur dans l'art moderne

-

[Les peintures de Van Gogh vibrent à la place de son oreille]

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Guilgal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

CineHantise
EVocalCouleur

AA.BBB

CineLoft

BJ.LKD

KL_EVocalCouleur

Rang = WCouleur
Genre = -