Derrida
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook Le cinéma en déconstruction, suivre sur Facebook

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
L'écranophile en voix off                     L'écranophile en voix off
Sources (*) : Essai sur l'imbrication du pouvoir et du sexe               Essai sur l'imbrication du pouvoir et du sexe
Ozzy Gorgo - "L'écranophile", Ed : Guilgal, 1988-2019, Page créée le 11 septembre 2021

 

-

CinéAnalyse : cette chose qui, toujours, revient : le sexe

Showgirls (Paul Verhoeven, 1995) - Sexe et pouvoir, à l'état nu, se montrent indissociables

CinéAnalyse : cette chose qui, toujours, revient : le sexe
   
   
   
                 
                       

Pour l'acquťrir, cliquez

sur le livre

logo

 

C'est un film qui montre la place du sexe dans le système patriarcal : pas vraiment un lieu de plaisir, mais le lieu d'un contrat, d'une alliance. Elle couche avec le patron, elle pousse sa rivale, les deux démarches sont indissociables, elles sont nouées à la question du pouvoir. Il y a beaucoup de corps exhibés dans ce film, mais peu de sexe. Le sexe comme tel est dansé, suggéré, mais finalement évacué au profit du lien social. Les femmes nues sont abstraites, à peine sensuelles, et quand le sexe arrive, c'est avec une extrême brutalité : le viol de Molly. Ce viol est le coeur du film, son symbole. Pendant que Betty, dite Nomi Malone, fait des mamours avec son patron, les petites femmes naïves se font baiser et même pire : elles sont anéanties, détruites. Betty réussit à échapper au viol, mais c'est une piètre victoire. Le film est circulaire, il finit comme il commence, par la circulation de l'argent.

 

 

Ce qui rend le film passionnant n'est pas ce qu'il dénonce (on le connaît déjà), c'est le rejet violent dont il a fait l'objet à sa sortie. Le plus nanar des nanars, le film le plus nul de la décennie disait-on, un film sans contenu, mal scénarisé, mal joué et mal mis en scène, un film obscène et vide. Bien entendu tous ces adjectifs renvoient à la vérité qu'il porte en lui : Showgirl, c'est Las Vegas, c'est l'Amérique. Pour ce qui me concerne, je l'ai vu en 1996, et selon les notes que j'avais prises à cette époque, je l'ai détesté comme tout le monde. Je l'ai revu en 2021, et 25 ans plus tard, je réagis comme tout le monde, je trouve que c'est un film génial, un film-culte. Qu'est-ce qui s'est passé entre les deux ? Qu'est-ce qui s'est passé dans le monde, en moi ?

Nomi Malone est son surnom. En fait, elle s'appelle Betsy, et son père a tué sa mère. Donc elle part en autostop vers Las Vegas après avoir pas mal galéré, y compris fait le tapin, de temps en temps, pour vivre; mais ce n'est pas une pute. Elle veut faire carrière dans la danse, c'est tout. Pour danser à la façon de Las Vegas, elle est douée. Elle danse comme on fait l'amour. Ou plutôt : pour elle, danser, c'est faire l'amour. Quant à l'amour, on ignore ce qu'elle en pense; apparemment, ce n'est pas ce qu'elle cherche .

Donc, elle se fait voler sa valise, est recueillie par une autre jeune femme, va d'abord dans une boîte de strip, puis se fait engager dans un grand show où elle monte jusqu'au sommet, non sans pousser sa rivale dans l'escalier. Ainsi ce milieu est-il dénoncé, abondamment (pour la morale). On montre en passant des tas de corps féminins (pour le plaisir), on en montre tellement que c'en est presque gênant; mais finalement, comme tous ceux qui participent à ce spectacle, on s'habitue au jeu du topless.

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Guilgal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Films
CinemaChrono

1995.VE.RHO

VoixSexe

HH.LKJ

ProEros

EI.LLO

zm.Verhoeven.1995

Rang = YWShowgirlsVerhoeven
Genre = MH - NP