Derrida
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook Le cinéma en déconstruction, suivre sur Facebook

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
L'écranophile en voix off                     L'écranophile en voix off
Sources (*) : Essai sur la mise en images du monde               Essai sur la mise en images du monde
Ozzy Gorgo - "L'écranophile", Ed : Guilgal, 1988-2019, Page créée le 14 juin 2021

 

-

CinéAnalyse : En renonçant à la possession, au propre

Mother, I Am Suffocating. This Is My Last Film About You (Lemohang Jeremiah Mosese, 2019) - J'ai une patrie, mais ce n'est pas la mienne

CinéAnalyse : En renonçant à la possession, au propre
   
   
   
                 
                       

Pour l'acqurir, cliquez

sur le livre

logo

 

Lemohang Jeremiah Mosese est un cinéaste originaire du Lesotho. Mother, I Am Suffocating. This Is My Last Film about You est son premier film, inspiré des émotions et pensées qui ont jailli au moment de son expérience à Berlin, loin de sa patrie.

Une femme avance à petits pas dans la poussière d’une rue d’un marché du Lesotho ; elle porte une lourde croix en bois, et regarde avec insistance tout et tout le monde autour d’elle. Une voix saccadée, comme enregistrée sur cassette, lit une lettre d’adieu à une mère et entraîne un flux d’images en mouvement – des paysages saisissants, un troupeau de moutons, un marché grouillant. Décrit comme une complainte par le réalisateur Jeremiah Lemohang Mosese, cet essai cinématographique est une méditation poétique et déchirante sur le déracinement et la vie au quotidien en exil, loin de la mère patrie. Tour à tour audacieux, éloquent ou même allégorique, dans un noir et blanc somptueux, le premier long métrage de Jeremiah Lemohang Mosese, produit par le collectif Mokoari, s’autoproclame l’humble représentant d’un « Cinéma aux pieds nus », portant ainsi la promesse engageante de la radicalité dans le cinéma d’auteur en provenance du continent africain.

Ici la voix off est celle d'une femme, celle qui porte la croix. Il faut que cette complainte soit féminine pour ne pas faire revenir la force macho.

 

 

Dans les rues poussiéreuses du Lesotho, les gens fixent curieusement la jeune femme qui, comme Jésus, porte une croix en bois sur son dos. Elle les regarde à son tour, voit des paysages d’une beauté mystique, un troupeau de moutons, des mains qui tricotent sans relâche. Une voix off brute – consciente de n’être pas entendue par ceux à qui elle s’adresse – structure le flux d’images en une complainte cinématographique. Dans ce film-essai, Lemohang Jeremiah Mosese parvient à créer la chronique d’un chagrin se radicalisant, passant de l’adieu personnel à la figure maternelle, à une désertion délibérée de la patrie. Dans l’intensité et la douleur, cette complainte inhabituelle de la migration africaine éclaire le domaine encore tabou de l’expérience, et pas seulement au cinéma.

Ma patrie qui (comme la langue) est la mienne et n'est pas la mienne.

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Guilgal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Films
CinemaChrono

2019.MO.SES

ImageEpar

EC.KJD

CineExaprop

ML.MML

zm.Mosese.2019

Rang = YYMoseseMother
Genre = MH - NP