Derrida
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook Le cinéma en déconstruction, suivre sur Facebook

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
L'écranophile en voix off                     L'écranophile en voix off
Sources (*) : [En s'engageant dans plus d'une alliance]               [En s'engageant dans plus d'une alliance]
Ozzy Gorgo - "L'écranophile", Ed : Guilgal, 1988-2019, Page créée le 7 décembre 2020

 

-

Douze mille (Nadège Trebal, 2019) - Sans une autre économie, un autre type d'alliance et d'altérité, il ne peut pas y avoir de compte juste

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

logo

 

Frank perd son travail, et doit partir récupérer ailleurs les 12.000 euros. Mais le contrat d'intérim qu'il avait conclu ne fonctionne pas. Il doit trouver d'autres solutions. A la marge de la légalité, comme il l'était quand il travaillait à la casse, récupérait (cad volait) des pièces pour les revendre, il se fait contrebandier, danseur ou gardien d'entrepôt. Viennent alors d'autres contrats qu'il doit respecter pour récupérer assez d'argent :

- avec un autre ouvrier, pour rapporter l'argent que celui-ci estime devoir à sa mère. Il échouera, mais n'arrivera pas à trahir son serment de fidélité

- avec une autre femme, qui organise des vols dans l'entrepôt dont il est le gardien. Il pourrait aussi tromper Maroussia avec elle, mais ne le fait pas.

- avec les propriétaires de la casse, qui finalement sont prêts à le réembaucher à certaines conditions.

---

Frank au moment où il rembourse sa dette d'argent pour honorer un autre engagement.

 

 

Frank et Maroussia sont-ils amoureux? Il y entre eux plusieurs contrats :

- un contrat sexuel - faire l'amour. C'est un contrat de plaisir qui a une certaine réciprocité, même s'il est dissymétrique.

- une sorte d'accord financier. Ils vivent en viager chez une vieille dame. Ils faut payer le loyer, ce qui implique que les deux soient à égalité. C'est l'origine des 12.000 - il doit rapporter 12.000 euros (sur un an), pour que chacun contribue au même niveau.

- un contrat de fidélité. C'est Maroussia qui l'exige plus que Frank - ce qui est assez classique. Mais il ne dit pas non, et finit par le respecteur.

Au contrat avec Maroussia, s'ajoutent donc d'autres contrats, toujours proliférants, toujours plus. Pour que le premier contrat, apparemment arithmétique, soit respecté, il faut que tous les autres le soient aussi. Or les autres sont aussi complexes, monétaires et non monétaires.

Maroussia exige qu'il rapporte 12.000, pas un sou de plus ou de moins. S'il déviait de cette somme, c'est qu'alors, ailleurs, au moins un autre contrat n'aurait pas été respecté, ce qui est inadmissible pour elle. Son exigence déborde les 12.000.

Résumé (trouvé sur le web).

Frank se fait chasser d'une casse automobile où il travaille clandestinement. Dans sa région, c'est la zone, pas de travail. Bien que très attaché à sa vie avec Maroussia, Frank doit partir trouver du travail ailleurs, loin de chez lui. Douze mille euros : c'est la somme dont ils conviennent tous les deux, la somme qu'il devra gagner avant de revenir. C’est donc dans une quête monétaire que se lance Franck, avec sa ruse, sa débrouillardise, mais aussi dans une quête d’un équilibre conjugal, persuadé que son couple ne pourra tenir que s’ils gagnent la même somme d’argent, « pas plus pas moins ». Ce sont là les deux leitmotivs du film : l’argent, partout, qui régit et qui semble être à la fois la cause et la conséquence de tout ce qui lie les hommes, et l’amour, le désir, la question de la fidélité conjugale.

Franck s’essaie tour à tour en ouvrier intérimaire, vendeur de cigarettes, danseur pour ramasser quelques pièces, coursier, puis gardien dans un port. À travers sa progression dans ces usines pleines d’ouvriers au statut précaire, il fait la rencontre d’autres hommes « en galère », des ouvriers qui ont arrêté leurs études et qui font des boulots à peine croyables. Lorsque l’un d’entre eux mime son travail quotidien, Franck, qui comme le film ne cède jamais au pathos facile, le talonne et danse sur ses pas, comme si tout cela n’était qu’un jeu, comme si la danse et l’inventivité permanente étaient l’échappatoire à une vie morne.

C’est peut-être là une des plus belles réussites du film, de montrer sans artifice la réalité de la classe ouvrière précaire tout en filmant des scènes de pillage dans des containers comme des scènes de jeu, de chorégraphie géante, sur la musique planante et envoûtante de Rodophe Burger.

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Guilgal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Films
CinemaChrono

2019.TR.EBA

JorgeAlliance

JF.LKJ

zm.Trebal.2019

Rang = YTrebalDouzeMille
Genre = MH - NP