Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook Le cinéma en déconstruction, suivre sur Facebook

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
Sur des films (rémanences)                     Sur des films (rémanences)
Sources (*) : Cinéloft : En disant "Je suis mort"               Cinéloft : En disant "Je suis mort"
Pierre Delain alias Ozzy Gorgo - "L'écranophile", Ed : Guilgal, 1988-2019, Page créée le 24 avril 2019

 

-

Cinéloft : En s'aventurant pour plus que la vie

Cléo de 5 à 7 (Agnès Varda, 1962) - Il aura fallu, pour commencer à vivre, un événement qui s'ajoute à l'implacable écoulement du temps

Cinéloft : En s'aventurant pour plus que la vie
   
   
   
                 
                       

Pour l'acquťrir, cliquez

sur le livre

logo

 

Cinquante ans après, Agnès Varda résumait son film en une phrase : une jeune femme en danger de mort rencontre un jeune homme en danger de mort. Tous deux sont confrontés à la possibilité de la mort. La cause est-elle vraiment importante? Pour la première ce serait un cancer, et pour le second la guerre d'Algérie. En tous cas c'est une question de temps : temps gagné sur la mort, temps perdu sur la vie, ou supplément de temps passé ensemble. Le film dure une heure trente : c'est un laps de temps comme on dit. Laps = Mot qui n'a que le singulier et ne s'emploie qu'avec temps : laps de temps, espace de temps. Etymologie : Lat. lapsus, écoulement, chute, de labi, s'écouler (Littré). (En latin, lapsus, qui signifie chute, est employé familièrement pour désigner une faute, une erreur, un défaut). Mourir aussi jeune, c'est manifestement un défaut, un lapsus.

Nous sommes en danger de mort, nous nous devons tous à la mort, mais dans certaines circonstances la dette peut changer de sens : la proximité de la mort nous doit quelque chose. Le film tient tout entier dans cette inversion. Le changement est fragile, incertain, il ne tient qu'au film mais il déborde le film. Le film dans le film est une sorte de métonymie de ce dépassement. Il y a dans les Fiancés du pont MacDonald une surenchère dans le débordement. C'est une histoire d'amour qui, pour bien finir, doit en passer par un convoi funèbre. Il faut ce simulacre de mort pour revenir au point de départ, avec quelque chose en plus : le film. Cléo circule elle aussi dans Paris. Elle aussi va vers la fin mais quelque chose en reste : un tour de promenade gravé sur des bobines.

Elle se sait malade, bien sûr, depuis le départ, mais le risque de mort, il fallait qu'elle le vive autrement que dans cette vacuité. En jetant sa perruque, en mettant sa petite robe noire, elle appelle autre chose. La déambulation dans Paris change de sens. Limité dans le temps, le trajet a plus de poids que tout ce qu'elle avait fait auparavant. Il ne s'y est rien passé, juste un peu de bavardage. Il semble que tous les dialogues, y compris le texte des chansons, aient été écrits par Agnès Varda, âgée à l'époque de 32 ans. C'est l'autobiographie d'une jeune femme qui aura déjà vécu un cycle de vie. Elle ne connaissait pas grand'chose au cinéma, dit-elle, mais elle a parfaitement maîtrisé la réalisation de ce film. Comme tous les grands classiques, il survit et il survivra après elle.

Ayant revêtu sa robe noire, Cléo arrache sa perruque et dit : Si je pouvais m'arracher la tête avec!

 

 

Partons des derniers dialogues de la dernière scène :

- Le médecin (à Antoine) : Il ne faut pas vous inquiéter outre mesure. Nous allons nous occuper de votre sœur avec beaucoup d'attention. Elle aura un traitement un peu fatigant mais je pense qu'après deux mois de rayons, tout ira bien. Elle vous tiendra au courant mais vous pourrez m'écrire si vous le désirez. A demain mademoiselle, venez vers 11 heures je vous indiquerai la marche à suivre.

(La voiture du médecin s'éloigne. On voit les visages stupéfaits d'Antoine et Cléo côte à côte, ils regardent la caméra).

- Cléo : Pourquoi ?

- Antoine : Je regrette de partir, je voudrais être avec vous.

- Cléo : Vous y êtes. Il me semble que je n'ai plus peur. Il me semble que je suis heureuse.

(Ils marchent).

(L'horloge de l'hôpital sonne la demie de 18h).

(Ils se regardent).

(Le noir, sans générique de fin).

---

Il semble que le noir de la fin, l'absence de générique final, indiquent qu'elle ne survivra pas, qu'elle mourra, et pourtant quelque chose est arrivé, quelque chose qui l'a rendue heureuse. Elle ne pouvait pas s'attendre à cet événement-là, venu en plus, qui l'a transformée dans les derniers trois quarts d'heure. Ce que nous dit le film, c'est que ce qui compte, c'est ce plus, ces 45 minutes qui sont aussi la moitié de la durée du film. En tant qu'œuvre et en tant qu'histoire, le film dit qu'il est ce qui compte. Après ce film, Agnès Varda aura vécu encore 57 ans (un nombre premier), et tout se passe comme si le temps du film, une heure et demie, valait aussi pour ces 57 ans, ou comme si ces 57 ans ne correspondaient qu'à la durée d'un film, de ce film-là et pas d'un autre, le supplément de vie d'Agnès Varda qui aura conduit une jeune femme jusqu'à sa dernière heure. Que pour Cléo le supplément ne dire que 45 minutes et non pas 57 ans ne change rien au fond du problème. La question du film, c'est la question de ce qui, pour vivre, vient en plus de la vie.

Le verdict est prononcé à l'avance par la cartomancienne, tout est prévu et déjà anticipé à l'intérieur du premier chapitre qui contient le générique. Oui c'est grave, mais il ne faut rien exagérer dit la tireuse de cartes. Plus tard, le médecin dira : Ne vous inquiétez pas outre mesure. Cléo est condamnée à mort, mais ce n'est pas dramatique, après tout elle n'est qu'une jeune chanteuse plutôt belle mais assez frivole, sa survie est moins importante que celle de tous les autres, les spectateurs, les acteurs et aussi la réalisatrice. Il ne faut rien exagérer, il faut juste aller jusqu'à la fin (du film). Sauf que c'est elle, toute seule, qui va prendre une première décision, vers 40'45 : elle ne supporte plus les chansons mièvres, les blagues des musiciens, elle se révolte. "La séance est finie" dit-elle avant de se débarrasser de sa perruque. Tout le monde se rend compte qu'elle ne joue plus la comédie : Solange la domestique, Bob le musicien, Maurice le plumitif. Ils se taisent. Ce n'est déjà plus la même personne.

Et après il y a une seconde décision : entamer la conversation avec ce jeune homme inconnu rencontré dans le parc Montsouris. En général elle ne répond pas à ce genre d'interpellation, mais là c'est autre chose, il faut qu'elle écoute, il faut qu'elle parle. Il y a un autre verdict qu'il faut accepter, et c'est ce second verdict qui nous importe le plus. C'est la rencontre, la surprise, le changement de direction, une énigme, une transformation profonde de tout son être. Le minutage du film donne l'idée d'un calcul, de l'avancée inexorable d'un temps linéaire. Mais cette rigueur ne vaut que par l'irruption d'un tout autre, un incalculable. Le temps linéaire, réel, du film, n'a pas d'autre justification que de mettre en valeur la rupture du cycle. On se demande si Cléo, involontairement, n'aurait pas désiré et provoqué cette maladie à seule fin de casser un cycle encore plus mortifère pour elle. Il fallait que cet événement soit grave, qu'il soit littéralement mortel, pour déstabiliser le déroulement linéaire de cette pseudo-vie qui n'en était pas une. La maladie est un acte de naissance, l'événement supplémentaire qui fait venir un être nouveau unique, original.

Cléo n'avait pas d'enfant, et peut-être même pas de rapport sexuel avec José. Or la maladie est arrivée dans son ventre. L'avantage, dit-elle, c'est que ça ne se voit pas : une grossesse invisible qu'on peut aussi entendre comme une auto-fécondation. C'est là, et pas ailleurs, qu'elle aura fait venir l'objet fatal qui allait, dans le même mouvement, la condamner et la sauver. Rien de chrétien dans ce film, et rien de religieux : juste un jeu entre l'œuvre et le temps.

Récit :

L'action se déroule en temps réel, le 21 juin 1961, à Paris, entre 17h et 18h30. Le film est découpé en 13 chapitres numérotés qui s'affichent avec leur minutage et le prénom du personnage moteur de la séquence. C'est une sorte de road-movie dans Paris, où Cléo Victoire (son nom de scène qui remplace son vrai prénom, Florence) se déplace seule ou accompagnée, à pied ou en voiture. Il y a deux parties distinctes de 45 minutes dans le film : Cléo regardée, et Cléo qui regarde. Jeune et belle chanteuse plutôt frivole, elle craint d'être atteinte d'une grave maladie et doit téléphoner au médecin dans la soirée, c'est-à-dire en principe au-delà du film, pour avoir les résultats de ses examens médicaux. Elle n'attendra pas, elle ira au-devant de ces résultats en traversant Paris.

1. 5'13, 17h05 à 17h08 (seul chapitre en couleurs). Cléo chez Madame Irma. Le générique est intercalé dans ce premier chapitre où Cléo rend visite à la cartomancienne. Ses craintes sont confirmées : elle va mourir.

2. 8'06. 17h08 à 17h13. Angèle. Dans le café Ça va ça vient, son assistante, qui est aussi sa bonne à tout faire, ne la prend pas au sérieux. Cléo est solitaire et triste. Si c'est ça je me tuerai, autant dire que je suis morte déjà dit-elle. Angèle raconte une histoire interminable au patron du café. Cléo préfère écouter les conversations du couple voisin. Dans la rue, la circulation est animée, les deux femmes se faufilent.

3. 13'07. 17h13 à 17h18. Cléo chez le chapelier Francine. Elle achète un chapeau noir qui ne lui va pas du tout. Peu importe, il lui faut encore jouer le jeu de la fille capricieuse. La vendeuse lui demande un autographe.

4. 18'38. 17h18 à 17h25. Toujours avec Angèle, départ en taxi (une ID conduite par une femme) depuis la rue du Pont-Neuf. Traversée du pont Neuf. Dans le taxi, on entend le vrai journal d'Europe 1. Le taxi débouche quai de Conti et emprunte les rues Guénégaud (galeries d'art exotique) et Mazarine où des étudiants des Beaux-Arts s'amusent en perturbant la circulation. Puis il passe rue de l'Ancienne-comédie, carrefour de l'Odéon, rue de Condé, rue de Vaugirard, rue Guynemer, rue Vavin, boulevard Raspail. Elles arrivent au domicile de Cléo, 6 rue Huyghens. Elle fait sa gymnastique.

5. 25'37. 17h25 à 17h31. José, le protecteur de Cléo arrive (José Luis de Vilallonga). Il ne fait que passer. "Ta beauté, c'est ta santé", dit-il. Il n'a même pas le temps de l'embrasser. Après 3 minutes il s'en va, elle ne lui a même pas parlé de sa maladie.

6. 31'19. 17h31 à 17h38 : Bob le musicien (il s'agit de Michel Legrand en personne), accompagné par le parolier Maurice le Plumitif (Serge Korber, futur réalisateur). Ils se déguisent, font des blagues ("Le beau est horrible") et lui présentent des chansons.

7. 37'30. 17h38 à 17h45. Cléo chante une chanson triste en pleurant et nous regardant dans les yeux "Si tu viens trop tard, on m'aura mise en terre". Soudainement, elle décide d'arrêter, elle a le cafard. "Qu'est-ce que c'est qu'une chanson, combien de temps dure-t-elle?" dit-elle. Elle change de robe, s'habille en noir, se débarrasse de sa perruque, et s'en va. La voici dans la rue, toujours élégante et bien habillée. Elle marche entre la place Pablo-Picasso et le carrefour Vavin. Un homme avale des grenouilles dans la rue.

8. 44'26. 17h45 à 17h52. "Quelques autres", dit le sous-titre. Elle entre au Dôme, dans la brasserie. Elle lance une de ses chansons dans le juke-box, croise quelques intellectuels et s'installe à une table. "Un cognac" commande-t-elle. Un couple parle hongrois. C'est fini pour elle, elle ne supporte plus cette ambiance. Elle entend parler de son amie Dorothée et décide de la rejoindre. Elle marche boulevard Edgar-Quinet. On la regarde, des souvenirs lui reviennent. Un saltimbanque se transperce le biceps avec un poignard javanais. Il fait beau, il y a beaucoup de monde dans les rues.

9. 51'40. De 7h52 à 18h00. Académie de sculpture, Dorothée pose nue, puis s'habille. Elle partent dans l'auto de Raoul (une vieille décapotable), l'ami de Dorothée, un cinéaste. Rue du départ. Cléo annonce sa maladie - son amie est la seule à la prendre au sérieux. Gare Maine-Montparnasse. Pendant que Cléo regarde les "vrais gens", Dorothée charge des bobines de film dans la voiture.

10. 59'05. De 18h à 18h04. Dans un cinéma rue Delambre, Raoul montre à Cléo et Dorothée un court métrage burlesque : Les Fiancés du pont Macdonald. Pour ce mini-film muet dans le film, Agnès Varda a fait appel à des copains : Jean-Luc Godard et Anna Karina (les fiancés), Sami Frey, Jean-Claude Brialy, Eddie Constantine et l'autre couple, Danielle Delorme et Yves Robert (le vieux cinéma et le nouveau). Commentaire ultérieur d'Agnès Varda : cela reste "un souvenir qui symbolise la Nouvelle Vague telle que nous l'avons vécue, l'imagination au pouvoir et l'amitié en action". Raoul et Dorothée s'embrassent plusieurs fois.

11. 1'03'09. 18h04 à 18h12. Elles cassent un miroir en partant (signe de mort). Incident à la brasserie du Dôme (on aurait tiré sur quelqu'un), puis passage en taxi boulevard Raspail, place Denfert-Rochereau, avenue René-Coty. Cléo donne le chapeau noir à Dorothée, qui descend du taxi et monte les escaliers de la rue des Artistes. Cléo continue en taxi et se promène seule dans le parc Montsouris.

12. 1'11'52. 18h12 à 18h15. Rencontre d'Antoine près de la cascade, dans le parc (Antoine Bourseiller). C'est un soldat en fin de permission, qui doit repartir le soir même vers l'Algérie. Il lui parle poétiquement, elle l'écoute. "C'est aujourd'hui le solstice, le jour le plus long de l'année". Elle a peur de mourir, et lui aussi.

13. 1'15'24. 18h15 à 18h30. Cléo et Antoine se promènent dans le parc, puis prennent le bus 67 : rue Liard, rue de Rungis, place de Rungis, rue Bobillot, place Paul-Verlaine, place d'Italie, boulevard de l'Hôpital, et hôpital de la Pitié-Salpêtrière. Ils s'accompagnent l'un l'autre. "Aujourd'hui, tout m'étonne" dit-elle. Ils entrent dans le jardin de l'hôpital. Ils arrêtent le médecin qui traverse le jardin en voiture. Le médecin s'adresse à Antoine pour lui confirmer ce qu'elle craignait : un cancer. Fin du film quand l'horloge de l'hôpital (invisible) sonne la demie de 18 h.

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Guilgal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Films
CinemaChrono

1962.VA.RDA

ProMort

RL.LLK

StephanePlusVie

MD.KDL

zm.Varda.1962

Rang = zVardaCleo
Genre = MH - NP