Derrida
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook Le cinéma en déconstruction, suivre sur Facebook

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
Sur des films (rémanences)                     Sur des films (rémanences)
Sources (*) : Cinéloft : En s'aventurant pour plus que la vie               Cinéloft : En s'aventurant pour plus que la vie
Pierre Delain alias Ozzy Gorgo - "L'écranophile", Ed : Guilgal, 1988-2019, Page créée le 25 mars 2019

 

-

Cinéloft : En disant "Je suis mort"

Que le spectacle commence! (Bob Fosse, 1980) - On ne peut pas se préparer à la mort, tout ce qu'on peut faire, c'est en exiger toujours plus, plus encore que la vie

Cinéloft : En disant "Je suis mort"
   
   
   
Cinéloft : De l'autobiographie à l'allothanatographie Cinéloft : De l'autobiographie à l'allothanatographie
                 
                       

Pour l'acquťrir, cliquez

sur le livre

logo

 

Le film a remporté la palme d'or à Cannes en 1980, et Bob Fosse est mort en 1987 d'une crise cardiaque (après avoir eu le temps de faire un autre film, Star 80, qui raconte l'ascension puis le meurtre d'une playmate). Son cas n'est pas comparable aux Gens de Dublin de John Huston, ce réalisateur qui a disparu le jour même de la sortie de son film (la même année que Bob Fosse : 1987). Ce film quasi-autobiographique n'est pas une anticipation de la mort, c'est un défi, l'affirmation que dans la vie, il n'y a rien d'autre que la vie. Ce film n'a rien à dire sur la mort, absolument rien. Il est impossible de s'y préparer, et aussi exclu d'écouter ses avertissements (quand elle vous rend visite, c'est sous la forme d'une créature habillée de blanc - déguisement ridicule sans rapport avec la mort). Il n'y a rien d'autre à faire que réitérer la vie - même dans le coma, même dans un film. Mais la vie ici, avec ces chorégraphies magnifiques, cet érotisme sans bornes, est plus-que-la-vie. Elle réussit à englober, dans la vie, autre chose que la vie qui l'avait précédée. Quoi ? C'est toute la question, peut-être, de l'œuvre d'art.

Qu'arrive-t-il, dans le film, après la mort du Joe? une chanson : There's no business like show business like no business I know / Everything about it is appealing, everything that traffic will allow / Nowhere could you get that happy feeling when you are stealing that extra bow.... Puis un générique dans le noir. Des textes, des lettres, une liste de noms. Le noir est court, mais il est lui aussi dans le film.

Bye Bye!

 

 

Tout se passe comme si Bob Fosse, dans ce film, voulait faire son propre deuil. Comme si une telle opération était possible avant même sa mort, et comme si elle exigeait non pas la vie, mais autre chose, plus que la vie. Un deuil de soi qui n'aurait rien de mélancolique, car la mélancolie est dépressive tandis que là, c'est l'exubérance qui nous est montrée.

Il y a le chorégraphe réalisateur et son double, le chorégraphe du film (l'acteur Roy Scheider (mort en 2008) qui joue Joe Gideon). Nous savons qu'ils ont tous disparu et laisssé ce reste, un film sur la mort d'au-delà de la mort que nous pouvons visionner, chacun d'entre nous, au présent. La vie plus que la vie, c'est ce présent qui change non pas leur vie, mais notre vie à nous.

Chorégraphe, metteur en scène drogué aux amphétamines, au Concerto pour cordes et basse en sol majeur d'Antonio Vivaldi (Alla Rustica), séducteur et fumeur invétéré, Joe Gideon veut faire de son prochain spectacle le couronnement de sa carrière. Pour le seconder, il a choisi dix danseurs parmi une centaine de candidats, dont la charnelle Victoria Porter, qui l'accompagnera dans la salle de montage. Il mobilise aussi son ex-femme, Audrey Paris, sa fille Michelle (l'actrice Erzsebet Foldi, dont ce sera l'unique film) et sa maîtresse Kate Jagger. Parallèlement, il s'occupe du montage d'un film sur un comique qui lui tient à cœur. Toute son existence est absorbée par ces activités. Il met tout en spectacle, y compris sa vie privée. C'est alors qu'il est victime d'un infarctus. Pendant l'opération à cœur ouvert qui s'ensuit, il est hanté par des visions, des séquences oniriques avec les trois amours de sa vie, tout en continuant la conversation commencée dès le début du film avec une très séduisante ange de la mort. La toute dernière comédie musicale qu'il invente en plein coma est un salut à ses proches, un adieu, et aussi un message d'amour à son père. Elle se termine par une scène d'un flagrant mauvais goût - car la mort, expliquera le réalisateur, est elle aussi de mauvais goût.

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Guilgal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Films
CinemaChrono

1980.FO.SSE

StephanePlusVie

GE.LDF

ProMort

GS.LDD

CineVivant

RD.LER

zm.Fosse.1980

Rang = ZFosseAllThatJazz
Genre = MH - NP