Derrida
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook Le cinéma en déconstruction, suivre sur Facebook

 

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

                     
                     
Cinéloft : puissance du nom                     Cinéloft : puissance du nom
Sources (*) : Le cinéloft du Quai               Le cinéloft du Quai
Pierre Delain - "Le cinéma sans condition", Ed : Guilgal, 2018, Page créée le 7 février 2019

 

-

Orlolivre : comment ne pas babéliser?

[(Cineloft) : En laissant s'exercer la puissance du nom]

Orlolivre : comment ne pas babéliser?
   
   
   
                 
                       

Pour l'acqurir, cliquez

sur le livre

logo

 

Il y a des films où le nom est affiché dans le titre lui-même. Par exemple : Paul Sanchez dans Paul Sanchez est de retour (Patricia Mazuy, 2018). En lisant ce titre, on croit que la personne est de retour, mais il s'agit seulement du nom. La "personne" Paul Sanchez, s'il en est une, on ne la verra pas. Autre exemple : Rosebud dans Citizen Kane, d'Orson Welles (1941). Le nom n'est pas dans le titre, mais il est proféré dès le début, et réitéré à la fin. Ce n'est pas le nom d'une personne, c'est un nom pur, sans référent.

 

 

--------------

Propositions

--------------

-

Paul Sanchez est revenu! (Patricia Mazuy, 2018) - On ne peut ni s'approprier une signature, ni usurper un nom innocemment

-

A la création du monde, la lettre du mot créateur est allée en haut, tandis que le son demeurait en bas (Rosebud dans "Citizen Kane", d'Orson Welles, 1941)

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Guilgal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

CineHantise
CineNom

AA.BBB

CineLoft

EN.LLM

ArchiOeuvreNom

EK.LKD

MN_CineNom

Rang = ZCineloftNom
Genre = -