Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook Le cinéma en déconstruction, suivre sur Facebook

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
Sur des films (rémanences)                     Sur des films (rémanences)
Sources (*) : Cinéloft : En disant "Je suis mort"               Cinéloft : En disant "Je suis mort"
Pierre Delain alias Ozzy Gorgo - "L'écranophile", Ed : Guilgal, 1988-2019, Page créée le 2 mai 2018

 

-

Cinéloft : le deuil impossible

Vers l'autre rive (Kiyoshi Kurosawa, 2015) - Il faut, pour un deuil, partager la mémoire, la parole, le corps et les secrets du mort

Cinéloft : le deuil impossible
   
   
   
                 
                       

Pour l'acquťrir, cliquez

sur le livre

logo

 

Mizuki sait-elle, dès le départ, que son mari va revenir ? Elle achète un plat qu'il aime (une seule portion), elle le prépare, non sans sensualité (une sensualité qu'elle refuse à son élève de piano). Elle ne l'a pas vu depuis 3 ans, mais elle l'a cherché partout, comme si elle se doutait que son départ ne pouvait pas être définitif. Elle a prié pour son retour. Et si ses prières avaient réussi, s'il était revenu grâce à elle? Et si elle avait, par sa croyance, préparé ce retour, ce qui expliquerait son calme, au moment où il ouvre la porte ? Elle se demande s'il est vraiment mort. Tant qu'il ne l'aura pas confirmé lui-même, elle ne l'aura pas cru. Yusuke explique qu'il était malade, qu'il s'est noyé sans souffrir, puis qu'il a voyagé avec d'autres morts. Tous ne vont pas jusqu'au bout, certains disparaissent pour de vrai, mais lui est rentré à la maison. Le lendemain, à son réveil, elle croit qu'elle a rêvé, mais non, il est vraiment là. Elle se sent responsabble de sa mort, coupable de ne pas avoir remarqué sa maladie. Mais il est là, en chair et en os, et elle se jette sur son corps.

Pourquoi Yusuke est-il revenu ? Par amour répond-il. Elle ne le croit pas vraiment. Il lui propose de l'accompagner pour un voyage sur les lieux de sa jeunesse. Mizuki accepte. Ils reviennent sur ses pas. Sa simple présence réactive les fautes, les drames, les peurs, les refoulements, transforme le destin de ceux qu'il a connus. Mizuki découvre son passé dont elle ne savait rien. Ils rouvrent les plaies, déplacent les situations, contribuent à solder les comptes. Mais leur propre passé ne les laisse pas intacts. Misuki a découvert en ouvrant son ordinateur que son mari la trompait. Ils se disputent. Elle revient sans lui à Tokyo, rencontre sa rivale. Rentrée chez elle, sa colère se calme et elle sent sa présence. Elle sait qu'il est là, et prépare dans la panique son plat préféré.

 

 

Réunis, peut-être réconciliés, leur voyage reprend. Dans un autre lieu où Yusuke avait enseigné, un enfant montre à Mizuki l'entrée du royaume des morts (une grotte derrière une cascade). Le père de cet enfant est lui aussi revenu du royaume des morts. Il s'est suicidé, et contrairement à Yusuke, n'a pas réussi à retrouver la sérénité. Mizuki revient seule à la grotte, et c'est son père, mort quand elle avait 16 ans, qui l'accueille. Il aurait voulu la protéger, dit-il, mais il n'a pas réussi. Entre le père et la fille, pour la première fois peut-être, un courant passe.

C'est Misuki, la vivante, qui est au cœur de l'histoire, et non pas Yusuke. Elle seule a encore un choix à faire. Il a épuisé toutes ses possibilités d'avenir, pas elle. Dans les dernières minutes du film, après qu'ils aient fait l'amour une dernière fois, elle l'aide à marcher vers le lieu de sa disparition. Il aurait aimé demander pardon, dit-il. Se reverront-ils? demande-t-elle. Il répond : "Oui", et disparaît d'un coup. C'est fini, elle ne l'attendra plus, elle n'aura plus le devoir d'appeler à son retour, elle peut se débarrasser de son livre de prière. Fin de l'existence de Yusuke, et en même temps fin du film - mais la vie de Misuki peut enfin reprendre.

Ce n'est pas un film fantastique, comme on pourrait le croire, c'est un film qui porte une conception du deuil, une pensée du deuil. Il s'agit de se réconcilier avec le mort en le laissant revenir. Le mort ne doit pas emporter dans la tombe ses souvenirs, ses secrets, ses fautes et ses erreurs. Il faut qu'il les partage. S'il trouve une oreille prête à les partager, alors, et alors seulement, il pourra partir pour de bon. Le survivant n'incorpore pas des traits du mort, comme dans le deuil "réussi" freudien, il accepte le partage.

Le spectre qui fait retour dans la vie de tous les jours, à la fois intempestif et désiré, ne se distingue pas des vivants. Sans le savoir, certains vivants sont déjà des spectres, et certains morts sont en manque de spectralité, ils ne peuvent pas revenir. La frontière entre vivants et morts est incertaine, il faut l'avoir soi-même passée pour la repérer. Ce spectre-là n'est pas un fantôme. Il mange, il boit, il travaille, il a un corps. Il n'hésite pas à déclarer "Je suis mort", et cela ne l'empêche ni de jouir, ni de voyager, ni même d'enseigner. Yusuke, dans sa dernière conférence, explique que l'univers a été créé à partir d'une multitude de zéros. Cette multitude, qui n'est rien, c'est elle qui déclenche le mouvement. C'est un film où l'on se moque des contradictions, où ce n'est pas la logique qui guérit, mais l'aporie.

Synopsis :

« Vers l’autre rive » raconte l’histoire de Mizuki, jeune veuve qui perdu son mari Yusuke depuis trois ans. Yusuke s’est noyé et son corps a disparu, englouti par les flots. Pourtant, un soir, dans la pénombre de sa cuisine où elle vient de se préparer des boulettes de haricot rouge, seule après une journée de travail, la jeune veuve ne paraît pas surprise outre mesure de se trouver face à face avec Yusuke, planté dans le salon en imper orange. Le couple discute, puis soudain le mari semble s’être évaporé à nouveau au détour d’un changement de plan. Mais, non, il est bien là, poussant une porte, décidé à rester. Ensemble, ils voyagent à travers le Japon, vers les rives où il a péri. « Vers l’autre rive » est aussi un road-movie, une traversée de l’Archipel dans la douce lumière du printemps, à petite vapeur, parmi les villages et les rizières. « Je voudrais te montrer des endroits merveilleux », souffle le fantôme.

Le fantôme propose à Mizuki de le suivre au gré d’un voyage sur quelques lieux de son existence, à la rencontre de gens qui ont compté pour lui. Ils s'arrêtent d’abord chez un vieillard, distributeur de journaux, lui-même frappé par la douleur de la disparition de son épouse. Il découpe des fleurs en papiers dans les magazines pour les coller sur un mur au dos de son lit. Puis le couple est accueilli dans un restaurant. Yusuke confectionne des raviolis, Mizuki prête main-forte en salle pendant les coups de chaud. «Pourquoi ne resterait-on pas là pour toujours ?» demande-t-elle. Le couple s’échappe à nouveau et rejoint la campagne, un village où Yusuke est accueilli telle une vedette par des habitants qui se passionnent pour les conférences qu’il donne sur l’astrologie. Finalement Mizuki cède à une jalousie posthume en découvrant les mails de son mari pour une collègue de travail. Elle réclame des preuves d'amour, avant que l'itinéraire ne se termine sur le dernier ponton face à la mer, là où Yusuke s'est noyé.

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Guilgal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Films
CinemaChrono

2015.KU.ROS

ProMort

EE.LEE

CineDeuil

MG.LLO

zm.Kurosawa.2015

Rang = ZKurosawaAutreRive
Genre = MH - NP