Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook Le cinéma en déconstruction, suivre sur Facebook

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
Sur des films (rémanences)                     Sur des films (rémanences)
Sources (*) : Cinéloft : En se sacrifiant pour le politique               Cinéloft : En se sacrifiant pour le politique
Pierre Delain alias Ozzy Gorgo - "L'écranophile", Ed : Guilgal, 1988-2019, Page créée le 17 août 2017

 

-

Cinéloft : En disant "Je suis mort"

"Une vie violente", film de Thierry de Peretti (2017) - ou le militantisme comme tragédie sacrificielle

Cinéloft : En disant "Je suis mort"
   
   
   
Cinéloft : en jouant du sacrifice Cinéloft : en jouant du sacrifice
                 
                       

Pour l'acquťrir, cliquez

sur le livre

logo

 

Comment un engagement militant, une conviction sincère de la part d'un jeune homme (Stéphane) cultivé et intelligent, de bonne famille - fils ou descendant de notaire même si l'on ne voit pas trace de son père dans le film - peut aboutir à une terrible réduction, à la restriction de toute une vie à une seule dimension : l'engagement politique à tout prix. La question du rapport entre violence, idéologie et affairisme est au coeur du film, mais ce n'est peut-être pas son motif essentiel. Peut-être la question posée est-elle celle du militantisme en général. Qu'il s'agisse d'anti-colonialisme ou d'autre chose, il y a toujours dans l'action politique une dimension sacrificielle. Il faut renoncer à la vie personnelle, familiale, sexuelle, il faut renoncer aux loisirs et à la culture pour se concentrer sur un thème, une "cause" extérieure (si elle n'était pas extérieure, elle ne mériterait pas ce dévouement). Ce sacrifice est vécu comme une obligation indiscutable, inconditionnelle. Stéphane doit revenir en Corse, retrouver ces "amis" avec lesquels il ne partage rien d'autre que cette action militante, il doit revenir vers le cadavre de ce chef avec lequel il lui arrivait de discuter, mais sans jamais vraiment argumenter. La tragédie du film, c'est que tout est écrit à l'avance, l'issue fatale arrive comme un destin, une fatalité que personne ne peut éviter.

Un groupe de révolutionnaires corses, avant la catastrophe qui s'abattra sur eux.

 

 

Le film est une allégorie du militantisme - et peut-être de la politique en général. Militer ne conduit pas toujours à la mort physique, mais certainement à l'effacement du sujet, à l'élimination de ses aspérités singulières, au refoulement de ses secrets. Le "peuple" reste une abstraction au nom de laquelle on donne la primauté à des fraternités de combat. Le "bien" promis, éventuel et la plupart du temps perdu de vue, ne pèse pas lourd par rapport au mal sacrificiel.

Le film suit le parcours de Stéphane, fils d’une famille bastiaise aisée, qui s'engage dans un mouvement indépendantiste radical prônant la lutte armée contre l’Etat. Entre délinquance, racket et militantisme, il entraîne avec lui un groupe d’amis. Mais leur chef est assassiné. Stéphane s'enfuit puis décide de retourner en Corse pour assister à l'enterrement d'un ami d'enfance assassiné. Il ne quittera plus son île natale, même s'il doit y laisser sa vie.

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Guilgal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Films
CinemaChrono

2017.DE.PER

PolSingul

GF.LDF

ProMort

GI.LLK

CineSacrifice

PL.MLK

zm.dePeretti.2017

Rang = YPerettiVieViolente
Genre = MH - NP