Derrida
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook Le cinéma en déconstruction, suivre sur Facebook

 

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

                     
                     
Mal radical, le nom de ce qu'il faut conjurer                     Mal radical, le nom de ce qu'il faut conjurer
Sources (*) : Comment ne pas acquiescer? (il faut du "Il faut")               Comment ne pas acquiescer? (il faut du "Il faut")
Juliette Silénius - "L'élan de la ruine", Ed : Galgal, 2007, Page créée le 31 janvier 2017.

 

-

[Ce que tu nommes "mal radical" ou "loi du pire", c'est ce que tu dois conjurer pour survivre]

   
   
   
                 
                       

logo

Cliquer pour accder son texte

 

Cette formulation n'est pas sans rapport avec la théologie négative. En la proposant, je dis à la fois qu'aucune définition du mal radical n'est possible, et que cette phrase peut aussi être lue comme une définition. La contradiction est insoluble. Pour reprendre une formule souvent utilisée, De quoi le mal radical est-il le nom? Violence, cruauté, destruction, extermination, meurtre sont d'autres mots, qui ne l'épuisent pas. Il est toujours autre, tout autre, encore pire. On peut le rapporter à des événements historiques, des faits divers, des récits, mais ce n'est ni un événement, ni un concept, ni une chose concrète. On peut le rapporter à la mort, mais ce n'est ni la mort, ni la vie. Ce n'est pas non plus le néant, ni le rien. C'est quoi? Disons que c'est le Quoi, ou que ce serait le Quoi, s'il pouvait être dissocié du Qui. Si par exemple la mort n'était plus la mort de quelqu'un mais la mort pure, biologique, si on pouvait en faire commerce, l'échanger, mourir à la place d'autrui, alors on frôlerait le pire. C'est impossible, direz-vous, un impossible qui aura déjà été là, depuis toujours.

 

 

--------------

Propositions

--------------

-

Le mal radical, ce serait la substituabilité du mourir : pouvoir échanger sa mort, la rendre équivalente à une autre, ou mourir à la place d'autrui

-

La possibilité du mal radical, comme telle, s'il y en a, ne doit être ni vivante ni morte

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Guilgal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Juliette
MalRadConjur

AA.BBB

PrincipesOeuvrer

KE.LKE

CM_MalRadConjur

Rang = KMalRAdConjuration
Genre = -