Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
Faire son deuil de l'aporie du deuil                     Faire son deuil de l'aporie du deuil
"Je suis ce que je suis"               "Je suis ce que je suis"

 

- -

Jacob Rogozinski, "Le moi et la chair", p329.

Ce qui advient, peut-être, dans le temps messianique, c'est la possibilité de dire je : "Je serai ce que j'ai à être"

   
   
   
                 
                       

logo

 

Dans la phénoménologie du moi qu'il nomme "ego-analyse", Jacob Rogozinski se demande comment le moi peut se libérer de ces forces venues de lui-même, ces forces qu'il a projetées sur l'extérieur, devenues objets de haine ou d'horreur, qui le dégoûtent mais dont il n'arrive pas à se débarrasser : le restant. "Je suis, j'existe" dit Descartes. Le moi doit revendiquer son unicité, son exception. Il devrait, si c'était possible résister à l'assujettissement à cet autre phantasmatique, mais la lutte est infinie, il faut la reprendre à chaque instant, elle ne s'achève jamais.

"Lorsque je décide de leur résister, j'affirme du même coup ma différence radicale, je m'excepte de l'Universel. C'est ainsi que l'ego naît à lui-même, comme une exception à l'illusion universelle imposée par le Malin Génie, et un moi qui reste fidèle à lui-même choisit de demeurer constamment dans cet état d'exception. Selon une antique tradition, le temps où la Loi est levée, où l'exception s'impose au lieu de la règle, ce temps est celui de la venue du messie. Dans l'impératif de devenir moi-même ("soll Ich werden"), je veux entendre un écho de cette promesse messianique, celle d'un temps où chaque moi serait son propre messie. C'est cette vérité qu'il va falloir penser, la vérité absolument singulière que je suis - car elle est, pour chacun de nous, "la porte étroite par où peut passer le messie"" (Jacob Rogozinski, Le moi et la chair, p108).

Cet événement, Rogozinski le définit aussi comme un passage au-delà d'autrui. Pour que l'Autre m'atteigne en tant qu'Autre, il faudrait que la surface de projection se déchire. Au-delà du phantasme, l'Autre s'émancipe de toute identification, mais alors c'est l'événement messianique lui-même qui devient impossible. "Pour que le messie puisse venir, il lui faut se trahir, se renier comme messie" (p254). Il s'agit donc d'un messianisme aporétique, sans espoir.

 

 

Pourtant Rogozinski insiste, il parle d'un événement libérateur, une instase : le retour à l'archi-événement, immanent, qui a déjà eu lieu dans notre vie, qui s'est effacé derrière les projections mais entretient quand même une promesse de résurrection et d'amour. L'instase est une utopie dont il n'y a rien à dire, sauf en tant que temps messianique, un temps paradoxal qui interrompt le cours de l'histoire. Alors, quand le messie me fait don de moi-même, "l'impératif d'accueillir l'étranger et celui de devenir soi-même" coïncident (p327). J'ai la liberté de me révéler à moi-même, je peux décider, "de me délivrer du mal par une "révolution éthique" qui est comme une seconde naissance" (p328). Cette "révolution éthique" n'étant pas descriptible selon les termes de la vie courante, Jacob Rogozinski renvoie à la réponse donnée par Elohim à Moïse depuis le buisson ardent : "Je serai qui je serai" (traduction de Chouraqui), ou encore "Je suis qui je suis", ou encore, insistant sur la messianicité du cogito, "Je serai ce je que j'ai à être" (traduction de Rogozinski). La Parole du Sinaï ferait don du pouvoir de dire "je", de cette auto-donation qui semble constituer l'horizon de l'ego-analyse.

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Guilgal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Rogozinski
DeuilMessie

XE.LLK

JeSuisQuiJeSuis

MH.KKM

VMessieJeMoi

Rang = VMessieEgoAnalyse
Genre = MK - NG