Derrida
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook Le cinéma en déconstruction, suivre sur Facebook

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
L'écranophile en voix off                     L'écranophile en voix off
Sources (*) : CinéAnalyse : En disant "Je suis mort"               CinéAnalyse : En disant "Je suis mort"
Ozzy Gorgo - "L'écranophile", Ed : Guilgal, 1988-2019, Page créée le 4 avril 2019

 

-

CinéAnalyse : en déclarant l'exception souveraine

La mort de Louis XIV (Albert Serra, 2016) - Seul un autre peut dire, à la place du "je" souverain : "Moi, je suis mort"

CinéAnalyse : en déclarant l'exception souveraine
   
   
   
Essai sur un cinéma du pas au-delà Essai sur un cinéma du pas au-delà
                 
                       

Pour l'acquťrir, cliquez

sur le livre

logo

 

Dans un sens, ce film démontre que l'on ne peut pas filmer la mort. On ne montre que ce qui vient avant, pendant ou après, mais pas la mort elle-même. Mais d'un autre côté, on peut interpréter le film performativement, comme disant "Je meurs", "Je suis mort". Même si on n'y voit qu'un acteur (Jean-Pierre Léaud, le roi de la Nouvelle Vague), le film nous dit (comme le tableau des Arnolfini) : Moi, Louis XIV, le roi, je suis mort. Cette écriture filmique est une sorte de signature. Certes ce n'est pas Louis XIV lui-même qui a signé, sa signature a été imitée ou inventée par le réalisateur, les auteurs et les fabricants du film (qui se sont tout même inspirés de Saint Simon et du marquis de Dangeau qui avaient assisté à l'événement). Qu'il ne s'agisse pas du "vrai" Louis XIV, mais seulement de son spectre ne change rien à la situation, au contraire. Qu'il ne s'agisse pas du "vrai" corps ne fait qu'ajouter au caractère symbolique du corps du roi. Le corps avait déjà disparu depuis longtemps, et voici qu'un spectre meurt pour qu'autre chose survive dans notre mémoire.

 

 

Ce film, au fond, est une allégorie du cinéma. Tout film nous montre la mort de ses acteurs. La preuve de leur mort est le film lui-même. C'est le film qui dit "Je suis mort".

En août 1715, Louis XIV, 76 ans, fait sa promenade quotidienne dans les jardins du château de Versailles. Sa jambe le fait beaucoup souffrir. Son état s'aggrave, il est obligé de s'aliter mais il continue d'honorer ses obligations. A son chevet se relaient, dans un ballet silencieux, courtisans, médecins plus ou moins compétents, représentants de l'Eglise, valets, et autres conseillers militaires. Le docteur Lebrun, considéré comme un faiseur de miracles, tente de le sauver. Le vieux souverain sait que ses jours sont comptés. Il commence à faire ses adieux et prodigue ses derniers conseils à son jeune successeur, le futur Louis XV...

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Guilgal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Films
CinemaChrono

2016.SE.RRA

ProMort

CU.LKD

CineSouverain

FL.LKJ

PasDelaEpar

EL.KEE

zm.Serra.2016

Rang = YZSerraLouis14
Genre = MH - NP