Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook Le cinéma en déconstruction, suivre sur Facebook

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
Sur des films (rémanences)                     Sur des films (rémanences)
Sources (*) : Cinéloft : où dette, faute, culpabilité sont chrétiens               Cinéloft : où dette, faute, culpabilité sont chrétiens
Ozzy Gorgo - "L'écranophile", Ed : Guilgal, 1988-2019, Page créée le 25 août 2018

 

-

Cinéloft : en disloquant le phallocentrisme

Hérédité (Ari Aster, 2018) - Il aura fallu, pour que le fils prenne la place de l'antéchrist, carboniser le père, décapiter les femmes, réduire le logos en cendres

Cinéloft : en disloquant le phallocentrisme
   
   
   
Cinéloft : en offrant aux spectres une survie Cinéloft : en offrant aux spectres une survie
                 
                       

Pour l'acquťrir, cliquez

sur le livre

logo

 

Qu'est-ce qu'un récit de formation, d'initiation aujourd'hui? Le "Bildungsroman" ne repose pas sur des enseignants, des maîtres, mais des spectres. L'initiation est spectrale. Dans ce film, le héros (Peter), adolescent, suit une lumière dont il ne connaît pas la signification. Il finira comme roi couronné à l'insu de lui-même, sans savoir ce qui lui est arrivé. Sa mère (Annie), qui ne voulait pas de lui à sa naissance, qui a tout fait pour provoquer des fausses couches, se décapitera elle-même pour lui céder la place.

La mère est une sorte de pharmakon : à la fois protectrice et tentatrice, à la fois aimante et haïssante. C'est elle qui oblige Peter à emmener sa petite sœur Charlie à une soirée dont elle ne reviendra pas. C'est elle qui découvre avec terreur les méfaits de Joan, une amie et complice de sa mère. Elle voudrait protéger son fils de ces méfaits, mais tout ce qu'elle fait pour le protéger aboutit à l'initier au culte maléfique. Lui ne comprend rien, il ne fait que suivre la lumière.

La mère est l'instrument de transmissions qui la dépassent, tandis que le père (Steve), hésitant, ne transmet rien. C'est un film où les autorités traditionnelles sont réduites à néant. La police est inexistante, le professeur du lycée est inaudible. Le père, seule personne sensible au principe de réalité, périra carbonisé.

Peter, prédestiné à devenir le grand maître, n'est que l'instrument de puissances magiques héritées d'ancêtres inconnus (ou plutôt inconnues, car ce sont des femmes) qui agissent de l'extérieur. Il sera le seul à ne pas être décapité, mais au fond cela n'a pas d'importance, car il n'a pas de tête - juste un regard qui prend acte de ce qui arrive avec stupéfaction. Les traces spectrales triompheront.

La cabane, à l'extérieur de la maison, est le lieu de la transmission. C'est là que vont dormir la petite fille et la mère avant d'être décapitées. On accède à ce temple de l'extériorité par une échelle qui ressemble à l'échelle qui permet, depuis l'intérieur de la maison, d'accéder au grenier. Dans les deux cas, l'ascension délivre de l'autorité du père.

La combustion du père : ce qui reste du logos sera bientôt réduit en cendres.

 

 

Je vais tenter d'analyser ce film à partir d'une séquence qui ne dure que quelques dizaines de secondes. Malgré l'insistance d'Anne (la mère) qui prétend que c'est le seul moyen pour sauver son fils, Steve (le père) refuse de jeter dans les flammes le cahier de dessins de sa fille (Charlie). Ce cahier, inspiré par la grand-mère, est porteur de la malédiction familiale, mais Steve n'y croit pas. Anne a essayé une première fois de le jeter elle-même au feu, mais ce geste n'a fait qu'attiser la malédiction (son bras s'est enflammé). Steve ne veut pas entretenir cette superstition, il pense que sa femme délire, qu'elle est malade. Il n'obéit pas à l'injonction de sa femme. Alors Anne s'empare du cahier et le jette dans la cheminée. Qu'est-ce qui arrive? Ce n'est pas elle qui est punie, c'est lui. La magie opère. Le corps de Steve s'enflamme d'un seul coup, il finit carbonisé. Malgré son ambivalence, Anne avait compris que la malédiction ne pouvait être arrêtée que par une volonté extérieure, une force pure, non contaminée. Seul Steve, porteur de la rationalité, représentant du monde de la logique ordinaire, pouvait s'opposer à la généalogie maternelle. Avec le chef de famille, c'est le logos qui est éliminé. La décapitation est générale. Après Charlie (décapitée dans un accident de voiture) et Peter, qui s'est cassé le nez dans un geste violent d'autodestruction, Anne, pendue au plafond du grenier, se tranche la tête.

Dans la généalogie maternelle, le deuil ne se fait jamais, il est toujours interrompu. La grand-mère Ellen revient par son amie et substitut, Joan, qui démonise les corps masculins. Charlie reste présente par l'intermédiaire de son cahier de dessins et par le bruit singulier qu'elle fait en claquant sa langue contre son palais. La schizophrénie du frère disparu d'Anne s'empare de toute la maison, et Anne elle-même n'est que l'instrument désespéré de cette revenance spectrale. Mais la généalogie de Steve, porteur du nom Graham, est complètement effacée. Le fils Peter devient le messie de la lignée maternelle. Du point de vue du père, il est sacrifié, et du point de vue de la mère, c'est un antéchrist. Steve, nouveau Joseph, n'est rien d'autre que le corps à travers lequel le démon Paimon aura engrossé sa femme Anne.

Le film a pour enjeu la destruction de la verticalité. Steve est un être phallique, qui reste toujours droit, y compris au moment où son corps prend feu. C'est le seul élément solide de l'histoire. Il finira par être emporté. Le film tourné avant Trump par un jeune réalisateur, est diffusé pendant la première année du mandat de Trump, comme s'il fallait symboliser l'effacement de l'autorité traditionnelle. Dans cette maison de poupées où s'agitent des marionnettes sans conscience morale, c'est l'irrationnel qui arrive au pouvoir, symbolisé par Peter, ce garçon sans expérience, manipulé par des spectres d'un autre âge, incapable de distinguer le rêve du réel.

Synopsis (Wikipedia, désolé, c'est en anglais).

Annie Graham, an artist who specializes in miniatures, lives with her husband, Steve, their 16-year-old son Peter, and their 13-year-old daughter Charlie. At the funeral of her secretive mother, Ellen, Annie delivers a eulogy explaining their fraught relationship. Shortly after, Steve is informed that Ellen's grave has been desecrated, while Annie thinks she sees Ellen in her workshop. At a support group for those who have lost loved ones, Annie reveals that, growing up, the rest of her family suffered from mental illness that resulted in their deaths.

Annie forces Peter to take Charlie to a party with him. Unsupervised, Charlie eats cake containing nuts, which she is allergic to, and falls into anaphylactic shock. On the way to the hospital, Charlie partially climbs out of the window to get air. Peter swerves to avoid a dead animal and Charlie is decapitated by a telephone pole. The family grieves following Charlie's funeral, heightening tensions between Annie and Peter. Peter is plagued by Charlie's presence around the house.

Annie is befriended by a support group member, Joan. Annie tells her she used to sleepwalk, and recounts an incident in which she woke up in Peter's bedroom to find herself, Peter, and Charlie covered in paint thinner with a lit match in her hand. Joan teaches Annie to perform a séance to communicate with Charlie.

In a nightmare, Annie reveals to Peter that she tried to abort him when she was pregnant. Awake, she convinces her family to attempt the séance, during which Charlie seemingly possesses her until Steve douses her with water. Annie suspects that Charlie's spirit has become malevolent. She throws Charlie's sketchbook into the fireplace, but her sleeve also begins to burn. She retrieves it and heads to Joan's apartment for advice, but Joan has vanished.

Annie goes through her mother's things and finds a photo album linking Joan to Ellen and a book with information about a demon named Paimon, who wishes to inhabit the body of a vulnerable male host. In the attic, Annie finds a decapitated body she believes to be Ellen with strange symbols on the wall.

Peter is seemingly possessed at school and breaks his own nose. Annie shows Steve her mother's body and the sketchbook, but Steve suspects Annie of desecrating Ellen's grave herself. Annie begs Steve to burn the sketchbook so she can sacrifice herself to stop the haunting but Steve refuses, assuming she has gone mad. When Annie rips the book from his hands and throws it into the fireplace, Steve bursts into flames.

Peter awakens to find his father's body and is chased by Annie, now possessed, into the attic, which is decorated with cult imagery. Levitating, Annie beheads herself with a piano wire as naked coven members look on. Peter jumps out of the window and dies (as represented by the dark shadow leaving his body). A light enters Peter's body and he wakes up. He follows Annie's levitating corpse into Charlie's treehouse, where Charlie's crowned, decapitated head rests atop a mannequin. Joan, other coven members and the headless corpses of his mother and grandmother bow to him. Joan greets him as both Charlie and Paimon, stating that he has been liberated from his female host and is now free to rule over them.

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Guilgal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Films
CinemaChrono

2018.AS.TER

CineChrist

NH.KJD

CineloftPhallogo

EG.LDF

IVocalSpectre

LH.LLO

zm.Aster.2018

Rang = YYHerediteAster
Genre = MH - NP